Nasa : 2 missions vont étudier le monde potentiellement habitable de Vénus

La Nasa vient d’annoncer deux nouvelles missions qui vont se rendre sur Vénus afin d’examiner l’atmosphère et les caractéristiques géologiques de la planète. Une première américaine depuis l’orbiteur Magellan en 1990.

Si la dernière sonde américaine à avoir été sur Vénus date d’il y a plus de 30 ans, des sondes européennes et japonaises sont allées faire un tour autour de la planète entre-temps.

Les deux nouvelles missions ont été choisies en fonction de leur valeur scientifique potentielle et de la faisabilité de leurs plans de développement, elles ont chacune reçu un financement de 500 millions de dollars et devraient être lancées entre 2028 et 2030.


Lire aussi : La Nasa a capturé une éruption solaire très impressionnante


"Ces deux missions sœurs visent toutes deux à comprendre comment Vénus est devenue un monde semblable à un enfer, capable de faire fondre le plomb à sa surface", a déclaré l’administrateur de la Nasa, Bill Nelson selon Space.com. En effet, Vénus, qui est la deuxième planète du système solaire est également la plus chaude avec une température de surface de 500 °C. Pas très accueillant pour la vie pourrait-on penser.

Davinci + : Deep Atmosphere Venus Investigation of Noble gas, Chemistry, and Imaging

3 images
Dernier passage de Venus devant le Soleil en 2012 © 2012 Getty Images

La première mission a été nommée Davinci + et son but, comme expliqué dans le communiqué de la Nasa, sera de mesurer l’atmosphère de la planète pour mieux comprendre comment elle s’est formée au départ et a évolué pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

Le bonus sera de déterminer si Vénus a eu un océan sur les milliards d’années de son existence.

"Davinci + va nous donner des mesures de l’atmosphère dont nous avons absolument besoin, simplement pour établir des limites sur l’un des deux scénarios pour Vénus : qu’elle ait toujours été telle qu’elle est aujourd’hui, ou qu’elle était habitable et s’est détruite", explique à ScienceNews le planétologue Paul Byrne de la North Carolina State University à Raleigh qui ne fait pas partie des équipes de la Nasa.

Veritas : Venus Emissivity, Radio Science, InSAR, Topography, and Spectroscopy

La seconde mission, du nom de Veritas, devra cartographier la surface de la planète pour comprendre son histoire géologique et étudier comment elle s’est développée si différemment de la Terre (en plus du fait qu’elle soit bien plus proche du Soleil que notre planète bleue).

Les scientifiques pourront cartographier les élévations de surface et découvrir si des volcans et des tremblements de terre se produisent toujours.

Et si la planète recélait de la vie ?

3 images
Une simulation sur ordinateur de la surface de Venus © 2005 Getty Images

Vénus n’est pas la planète qui fait le plus parler d’elle depuis la conquête spatiale et l’intérêt scientifique pour notre système solaire. Les sondes Voyager ne sont pas passées par la planète et les études et découvertes sur Vénus se font rares.

La Nasa et le public sont pour l’instant fascinés par Mars et les révélations de potentielles détections de vie, en plus de la découverte d’eau liquide sur la planète rouge. Délaissant ainsi une autre planète qui a peut-être beaucoup de choses à nous apprendre sur l’histoire de notre système solaire et son évolution.

Qui sait si Vénus n’a pas abrité la vie il y a des millions (ou milliards) d’années ? Selon la BBC, des scientifiques émettent même l’hypothèse que de la vie puisse exister sur la planète aujourd’hui, dans une région de l’atmosphère épaisse de la planète où la vie microbienne pourrait survivre parmi les nuages.