Les trains à hydrogène, un déplacement sans pollution ?

Les trains à hydrogène, un déplacement sans pollution ?
Les trains à hydrogène, un déplacement sans pollution ? - © Ral Vzquez / EyeEm - Getty Images/EyeEm Premium

Après la Bourgogne Franche-Comté et le Centre-Val de Loire, c'est au tour de la région Grand Est d'officialiser l'arrivée de ses premiers trains à hydrogène. Ils rouleront à partir de 2023 à titre expérimental.

Présentés comme écologiques, ils pourraient remplacer les modèles diesel. Pourtant, la fabrication de l'hydrogène fait débat.

Une alternative aux derniers modèles à essence

Par rapport à la voiture ou à l'avion, le train est un moyen de déplacement plutôt vertueux sur le plan écologique. En France, les trains en circulation sont à 80% électriques. Le problème réside dans les 20% restants, qui fonctionnent encore au diesel.

Pour moderniser sa flotte ferroviaire, spécialement dans les régions où circulent principalement les trains à diesel, le pays prend le virage de l'hydrogène.

Les trains à hydrogène produisent eux-mêmes leur électricité. Le mélange hydrogène/eau alimente une pile combustible située sur le toit. C'est cette pile qui fait avancer le train.

Dans ce moyen de transport, tout est optimisé. Lors de freinages, la friction permet de remplir des batteries situées sous le train. Ce moyen de transport rejette de l'eau pure. Plus de rejets de gaz ou de particules fines propres aux moteurs à essence. 

Le défi consiste à produire de l'hydrogène "proprement"

Plus besoin donc du diesel polluant ou d'électrification des lignes à rénover, une opération très coûteuse. Le train hydrogène se pose donc comme solution miracle sur le papier.

Mais ce dernier a aussi son défaut. En cause, les moyens de production de l'hydrogène : la conversion du gaz naturel en hydrogène nécessite une utilisation industrielle des énergies fossiles. Sa conception est donc polluante.

Pourtant, il est possible de faire de l'hydrogène issu d'énergies renouvelables telles que les éoliennes. Mais cette dernière solution reste très coûteuse, trop encore pour une utilisation à échelle industrielle.