Les nuages renforcent le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique entraînerait des modifications de la couverture nuageuse de la terre, qui elle-même amplifierait le dérèglement climatique, selon une nouvelle étude.

Le climat modifie les nuages, qui à leur tour modifient le climat

Les nuages ont une influence cruciale sur le climat, et vice-versa. Avec l'augmentation de la température globale de la terre, le nombre, l'épaisseur et l'altitude des cumulus, cirrus, nimbus et autres nuages devraient évoluer.

S'il était, jusqu'à présent, difficile de prédire l'amplitude de ces changements sur le réchauffement climatique, cette nouvelle étude a permis de quantifier le phénomène.

Selon les chercheurs, la probabilité que ces changements aggravent le réchauffement climatique s'élève à 97,5%.

Les explications sont complexes. L'on distingue deux types de nuages : ceux dits "bas", situés à moins de deux kilomètres d'altitude à l'aspect cotonneux, et les "hauts", campés dans des couches atmosphériques plus hautes. Alors que les premiers rafraîchissent la planète, les seconds empêchent la chaleur de s'échapper de l'atmosphère.

"Effet parasol" et "effet de couverture"

L'accroissement du réchauffement climatique proviendrait d'un double phénomène.

"L'effet parasol" des nuages bas s'atténuerait, entraînant une diminution de la fraction terrestre couverte par ces derniers.

Parallèlement, "l'effet couverture" des nuages hauts tendrait à augmenter et ces nuages grimperont dans le ciel. Mauvaise nouvelle pour Paulo Ceppi, climatologue à l'Imperial College de Londres et co-auteur de l'étude : "Plus ces nuages sont hauts, plus leur effet de serre est important". Selon lui, la combinaison de ces deux dynamiques amplifierait le réchauffement climatique.

Si l'étude n'a rien de révolutionnaire, elle permettrait toutefois d'accumuler les preuves concernant la rétroaction nuageuse, principale source d'incertitude du changement climatique. Alors que le débat n'est pas encore tranché, cette dernière étude a le mérite de le faire avancer. Selon les experts, un doublement de la concentration de CO2 dans l'atmosphère réchaufferait la planète de 3,2°. Une température aux conséquences catastrophiques pour l'être humain.