Les morceaux de la fusée chinoise qui se désintègre dans l’atmosphère peuvent-ils nous tomber dessus ?

Long March 5B, l’énorme fusée lancée par la Chine pour délivrer le premier module de la station spatiale Tianhe va retomber en plusieurs morceaux sur Terre. Personne ne sait où les morceaux vont tomber et quelle sera la taille des débris.

Long March 5B a lancé le module "Heavenly Harmony" en orbite terrestre basse le 29 avril depuis Wenchang (province chinoise de Hainan) et s’est ensuite placée elle-même sur une orbite temporaire avant de retomber dans l’atmosphère.

Cette entrée non contrôlée dans l’atmosphère sera la plus grosse jamais réalisée de l’histoire de la conquête spatiale. En effet, depuis 1990, aucun objet de plus de 10 tonnes n’est entré sans contrôle dans l’atmosphère alors que ce morceau de fusée représente 21 tonnes, une négligence de la part de la Chine selon de nombreux experts.

Certains experts ont peur qu’elle ne tombe sur des zones habitées

2 images
Les débris pourraient tomber sur des zones habitées © Getty Images

Comme l’explique Jonathan McDowell, astrophysicien au Centre d’astrophysique de l’Université Harvard : "C’est potentiellement très mauvais. La dernière fois qu’ils ont lancé une fusée Long March 5B, ils se sont retrouvés avec de grandes et longues tiges de métal volant dans le ciel et endommageant plusieurs bâtiments en Côte d’Ivoire. La plupart ont brûlé, mais il y avait ces énormes morceaux de métal qui ont touché le sol. Nous avons beaucoup de chance que personne n’ait été blessé."

Mardi, le morceau de la fusée était en orbite autour de la Terre et en faisait le tour toutes les 90 minutes à environ 27.600 km/h à une altitude de plus de 300 km. Vous pouvez suivre sa trajectoire sur différents sites internet, dont orbit.ing-now.com.

Les experts connaîtront le lieu seulement 6 heures avant l’impact

Selon Spacenews, l’entrée dans l’atmosphère est attendue le 8 mai, probablement dans l’océan puisque l’eau recouvre 71% de la planète. Cependant, nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise puisque certains morceaux de la fusée survivront à la rentrée et cela représenterait les mêmes dégâts qu’un accident d’avion, dispersé sur 160 km selon Jonathan McDowell.

Pour l’instant, le noyau de fusée se déplace entre les latitudes de Madrid et de la Nouvelle-Zélande, il pourrait tomber n’importe où entre les deux mais vu sa vitesse, un léger changement peut le faire partir à n’importe quel endroit du globe. Les experts pourront normalement définir plus ou moins son lieu "d’atterrissage" 6 heures avant celui-ci. Affaire à suivre !