Les milléniaux boudent les transports en commun et plébiscitent la voiture

Les milléniaux boudent les transports en commun et plébiscitent la voiture
2 images
Les milléniaux boudent les transports en commun et plébiscitent la voiture - © JGI/Jamie Grill - Getty Images/Tetra images RF

Conséquence directe de la pandémie de Covid-19, les deux tiers des milléniaux européens plébiscitent aujourd'hui la voiture plutôt que les transports en commun pour leurs déplacements, que ce soit au quotidien ou pour partir en vacances.

La raison ? Ils estiment que la voiture est un endroit nettement moins exposé que le bus ou le train pour attraper un virus.

 

La voiture serait plus safe pour les millenials

Le vélo ne serait pas le seul "gagnant" de la crise sanitaire, la voiture aussi, car elle apparaitrait comme un rempart à la Covid-19, surtout chez les jeunes. Selon une étude publiée par la plateforme de vente en ligne de voitures d'occasion CarNext.com, 68% des milléniaux européens sont désormais plus enclins à se déplacer en voiture qu'à prendre les transports en commun, que ce soit au quotidien ou pour partir en vacances. Alors que certains jeunes se mobilisent sur TikTok pour sauver la planète, d'autres se tournent vers la voiture.


Lire aussi : Les consommateurs n'ont jamais autant aligné leurs valeurs et leurs achats alimentaires


Il ressort de cette étude que 65% des répondants expliquent que leur préférence est directement due à la pandémie. Outre l'aspect sanitaire, ils considèrent aussi que la voiture les rend plus libres de choisir où et quand partir. Une tendance que l'on peut également voir aux USA et plus spécifiquement à New York où la voiture redevient reine.

 

Acheter sa voiture en ligne

Autre conséquence de l'épidémie et de la distanciation sociale à respecter, près d'un millénial sur deux (46%) envisageraient désormais l'achat d'une voiture en ligne.

L'enquête "Millennial Car Survey" a été réalisée par OnePoll en novembre 2020 auprès de 3000 conducteurs âgés de 24 à 35 ans de six pays : la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et le Portugal. Dans chacun de ces pays, l'échantillon de l'enquête comprenait 500 conducteurs, avec une proportion égale d'hommes et de femmes.