Les jeux de société sont-ils écolos ?

Les ventes de jeux de société ont bondi de 19% de 2019 à 2020, soit plus de 30 millions de boîtes vendues en 2020, estime l'Union des Éditeurs des Jeux de Société française. L'association diffuse la première étude française sur l'impact environnemental des jeux de société, de leur conception à leur mise en vente.


Lire aussi : Jeux vidéo et de sociétés, quand les logiques coloniales se répètent


Fabrication des plateaux de jeux : quelle empreinte carbone ?

Lorsqu'un nouveau jeu de société est lancé sur le marché, il n'est plus rare d'apercevoir la mention "jeu écoconçu" sur la boîte. Car les plateaux de jeux, les cartes et les jetons n'échappent pas à l'utilisation massive de plastique et la production de déchets. Mais, concrètement, quel est l'impact environnemental d'un jeu de plateau standard traditionnel ? 

L'Union des Éditeurs des Jeux de Société (UEJ), association professionnelle qui regroupe les entreprises francophones d'édition de jeux de société, a calculé l'impact carbone d'un grand jeu de plateau mesurant 30 x 30 x 7cm pour un poids de 1,85 kg et fabriqué en Chine (transport inclus).


Lire aussi : "Carbone Zéro" : le jeu qui sensibilise petits et grands aux enjeux de la transition écologique


Si l'on en croit l'étude, le bilan carbone associé à la fabrication d'un tel jeu représenterait l'équivalent d'un trajet en voiture de 41 km, de l'envoi de 215 emails ou encore de 20h de visionnage de vidéo sur une plateforme de streaming. 

Privilégier la fabrication locale et les matériaux durables

Si les jeux de société font partie des objets les plus "éco-friendly" dans l'univers des loisirs (la fabrication d'une seule PS4 aurait par exemple autant d'impact environnemental que la fabrication de 22 boîtes de jeux de société), il existe toutefois des solutions pour que les éditeurs puissent alléger leur empreinte carbone.

Dans les bonnes pratiques à adopter figurent des solutions déjà employées dans les modèles de jeux récents.

La centralisation de la fabrication à l'échelle locale permet d'éviter les émissions de CO2 liées aux transports.

Dans la même optique, il est également recommandé de limiter les points de distribution.

Préférer les matières recyclables et durables comme le carton ou le bois, opter pour un papier labellisé PEFC et/ou FSC (des certifications qui garantissent la gestion durable des forêts) ou encore limiter le plus possible les emballages font aussi partie des solutions recommandées par l'UEJ pour favoriser l'écoconception des jeux.

La seconde main séduit les joueurs

L'étude s'est également intéressée à ce que deviennent les jeux de société. Peu recyclés, ils finissent généralement au fond de nos armoires ou sont échangés entre proches. De leur côté, de nombreux éditeurs font don de leurs anciens jeux aux associations et/ou aux particuliers.


Lire aussi : Jouets zéro déchet : Brigitte Thomas ressuscite des jeux de société délaissés


Sur internet, les jeux de seconde main ont également la cote. Selon une récente enquête Ebay France diffusée pour la Fête mondiale du jeu le 29 mai dernier, les "jeux et jouets" représentent la deuxième catégorie la plus populaire des produits d'occasion : 2,4 millions d'articles de ce type ont été vendus sur la plateforme en 2020.