Les hommes de Néandertal pouvaient entendre et "parler" comme nous, selon une nouvelle étude

L’intérêt du public pour l’homme de Néandertal a grandi lorsqu’on a su que l’ADN hérité de Neandertal pouvait aggraver des formes de Covid-19. Il n’y a pas si longtemps que les scientifiques ont trouvé des preuves de présence d’ADN de Néandertal dans notre ADN d’Homo Sapiens. Il y a donc eu des échanges génétiques entre les deux espèces d’hominidés qui ont vécu en partie à la même époque. Preuve, selon beaucoup, que le Néandertalien était bien plus proche de l’homme que du singe et que l’image d’homme des cavernes grognant et sachant à peine marcher est une idée fausse.


Lire aussi : 7 éléments étonnants sur l’Homme de Néandertal


Publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution et relayée par CNN, cette étude remet en cause la vision que beaucoup avaient (et ont encore) des hommes de Néandertal (ou Néandertaliens), disparus il y a 40.000 ans pour laisser la Terre à l’Homo Sapiens.

L’étude de l’oreille de Néandertal

Les scientifiques se demandent depuis longtemps comment les hommes préhistoriques communiquaient. S’il ne leur est pas possible d’avoir des enregistrements ou des traces d’écriture, ils peuvent compter sur les squelettes qui nous sont parvenus pour pouvoir répondre (en partie) à cette question.

Le problème des squelettes est l’absence des tissus mous qui forment les cordes vocales et permettraient aux chercheurs d’analyser concrètement les capacités vocales des Néandertaliens. Cependant, le lien entre l’ouïe et la parole leur laisse une chance de comprendre comment ces hommes communiquaient.

À partir de scan des os composant l’oreille de plusieurs crânes et de 30 variables (le conduit auditif, le tympan, les os de l’oreille et les espaces remplis d’air dans l’oreille, …), ils ont pu modéliser la capacité auditive de Néandertal.

Néandertal pouvait parler

Il en ressort que la capacité auditive "de préférence" (les sons qui sont les mieux entendus par l’oreille) de Néandertal s’étendait entre des fréquences de 3 à 5 kHz, spécifiquement dédiées à la production de consonnes. Dans la capacité à formuler un langage, ce qui différencie l’homme de l’animal, c’est la production de consonnes.

Comme le souligne le NYTimes, l’ouïe et la parole vont souvent de pair dans le règne animal. Un animal va produire des sons que ses congénères sont capables d’entendre. De là, les experts pensent que Néandertal avait, non seulement une ouïe très proche de la nôtre, mais surtout, qu’il pouvait parler de manière intelligible !

"Les Néandertaliens auraient pu produire tous les sons dans cette gamme de fréquences, comme nous le pouvons […] Ils auraient donc certainement pu dire 'bonjour' ou 'ok' si ces énoncés avaient une signification pour eux", a expliqué Rolf Quam, directeur de programme à l’Université de Binghamton, dans un email à CNN.