Les forêts du "Grand Nord" sont, elles aussi, menacées par le changement climatique

Les forêts du "Grand Nord" sont, elles aussi, menacées par le changement climatique.
Les forêts du "Grand Nord" sont, elles aussi, menacées par le changement climatique. - © David Alonso Rincon / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Les incendies réduisent considérablement la capacité des forêts à capter et à stocker le carbone atmosphérique. C'est aussi le cas dans les forêts les plus septentrionales de la planète, démontrent des chercheurs américains.

Les forêts sont essentielles pour stocker le carbone. Mais le changement climatique représente une menace de plus en plus grande pour ces écosystèmes. Face aux incendies et à la déforestation produite par les activités humaines, la forêt amazonienne brésilienne a, par exemple, rejeté ces dix dernières années plus de carbone qu'elle n'en a absorbé, selon une étude récente.

Les forêts nordiques stockent de grandes quantités de CO2

Les forêts tropicales ne sont pas les seules à être menacées par le changement climatique, démontre une autre étude réalisée par des chercheurs de l'université de Boston (États-Unis).

Selon les auteurs de ces travaux parus dans Nature Climate Change, les modèles informatiques actuellement utilisés pour simuler l'évolution future du climat de la Terre sous-estiment l'impact du réchauffement climatique sur les forêts du "Grand Nord" (Canada, Alaska, Sibérie et Fennoscandie).

"Ces forêts septentrionales absorbent une quantité significative de dioxyde de carbone de la Terre", souligne Mark Friedl, spécialiste de l'environnement terrestre de l'université de Boston et chercheur principal de l'étude. 

Les scientifiques ont mis au point une méthode à partir d'un satellite équipé d'une technologie d'imagerie laser de la NASA (LiDAR), qui permet de détecter la hauteur des arbres dans les forêts. Ces informations ont ensuite été combinées à l'outil Landsat, qui permet d'évaluer la couverture forestière au cours de ces trente dernières années.

Incendies et changement climatique réduisent leur effet régulateur

Les résultats sont sans équivoque : les forêts du Nord ne seront pas en mesure de séquestrer autant de carbone que prévu. "Le Grand Nord abrite des réserves de carbone vastes et denses, qui sont très sensibles au changement climatique et il faudra beaucoup de surveillance et d'efforts pour s'assurer que ces forêts et leurs réserves de carbone restent intactes", explique Jonathan Wang, co-auteur de l'article et doctorant au laboratoire de Mark Friedl. 

À cause d'incendies de plus en plus fréquents et intenses, ces forêts souffrent particulièrement de la perte de conifères, famille d'arbres qui résiste mieux aux climats froids. 

"Un argument souvent avancé contre l'action climatique est celui des avantages supposés que les écosystèmes et les communautés du Grand Nord tireront de l'augmentation de la chaleur. Mais en réalité, l'augmentation des incendies de forêt annule une grande partie des avantages potentiels du réchauffement et du verdissement du Nord", alerte Jonathan Wang.