Les fast-foods repensent (aussi) leurs restaurants pour préserver la planète

Le restaurant McDonald's du futur se trouve au parc World Disney Resort, en Floride.
Le restaurant McDonald's du futur se trouve au parc World Disney Resort, en Floride. - © mcDonalds/Ross Barney

Panneaux photovoltaïques, murs de verdure, conservation de la fraîcheur à l'intérieur... La restauration rapide ne mise pas seulement sur l'abolition des pailles pour s'engager dans un monde moins gourmand en énergie. McDonald's a développé un tout nouveau concept de restauration qui fonctionne uniquement à base d'énergies renouvelables.

Pour participer à l'effort collectif consistant à réduire l'empreinte carbone de l'activité humaine, les géants de la restauration rapide ne se contentent pas de supprimer les pailles en plastique, comme cela a été annoncé par Starbucks en 2018 mais aussi Subway l'année dernière.

Ils ne se contentent pas non plus de concevoir des gobelets nouvelle génération comme ceux de McDonald's, qui permettent de supprimer le couvercle en plastique depuis novembre dernier.

Ils n'impriment pas seulement les tickets de caisse sur les serviettes de table comme KFC à Dubaï. Et ils ne cuisinent pas seulement des steaks hachés issus de vaches moins polluantes comme Burger King. Les fast-foods repensent aussi leurs restaurants dans leur globalité.

Un McDo autosuffisant en énergie

L'exemple en date le plus symbolique est signé McDonald's. La maison du Big Mac a ouvert un restaurant pilote en Floride, au sein du parc d'attractions World Disney Resort, qui est complètement autosuffisant en énergie.

Le bâtiment de 745 m² est abrité par un toit équipé en panneaux solaires tandis que toute l'architecture inclut des structures photovoltaïques. Près de 158 m² de verdure tapissent les murs. Les fenêtres sont quant à elles protégées par des volets qui s'ouvrent et se ferment automatiquement pour garder la température fraîche à l'intérieur. Le restaurant ne fonctionne ainsi qu'à partir de l'énergie renouvelable. Imaginée par le cabinet d'architecte Ross Barney, l'infrastructure épouse également la forme d'un V au niveau de son toit pour s'adapter au climat humide de la Floride.

A l'horizon 2030, McDonald's espère réduire les émissions de gaz à effet de serre de ses restaurants et de ses bureaux de 36%, par rapport à 2015. Le géant de la restauration rapide compte utiliser ce bâtiment-test comme un endroit où effectuer des expérimentations pour réduire le gaspillage d'eau. 

Burger King imagine des espaces plus "verts"

Burger King aussi a dévoilé ses plans autour de son restaurant de demain. La promesse consiste à réduire de 60% l'empreinte carbone de ses adresses.

L'axe de développement de BK s'appuie sur l'amélioration considérable de l'expérience client, avec retrait des commandes dans des casiers et la mise en place d'un QR Code pour retirer plus vite son whoppper. L'espace est également rentabilisé avec l'installation des cuisines et de la salle de restaurant à l'étage pour que la file du drive passe juste en dessous.

La chaîne de fast-food a prévu de construire les tout premiers restaurants de cette nouvelle génération en 2021 à Miami, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

KFC transforme l'huile en électricité

Rendre le restaurant de fast-food plus durable n'est pas un sujet si nouveau. En 2013, KFC s'était associé avec les concepteurs d'une société cherchant des solutions pour réduire le gaspillage. Tidy Planet avait eu l'ingénieuse idée d'un système transformant l'huile de cuisson en électricité et en eau chaude. Cinq années de développement avaient été nécessaires pour mettre en place cette technologie, qui n'a pas déplu aux patrons de KFC. Les tout premiers essais dans un restaurant du Kentucky Fried Chicken avaient ainsi eu lieu en avril 2012.