Le réchauffement des océans pourrait altérer la perception des couleurs de certaines espèces sous-marines

Le réchauffement des océans pourrait altèrer la perception des couleurs de certaines espèces sous-marines.
Le réchauffement des océans pourrait altèrer la perception des couleurs de certaines espèces sous-marines. - © Georgette Douwma - Getty Images

En plongeant dans des eaux plus froides et plus profondes, certains poissons perdent la perception des couleurs. Privées de ces repères essentiels à leur reproduction et à leur sécurité, la survie de ces espèces pourrait s'en trouver menacée, montre une nouvelle étude.

Quiconque a déjà plongé sous la mer Rouge ou l'océan Indien connaît les trésors inestimables qu'offre la faune sous-marine. Mais les récifs aux teintes flamboyantes et ses poissons multicolores sont menacés de disparaître sous l'effet du changement climatique. 

Les hausses de températures des mers et des océans pourraient notamment avoir des conséquences sur le mode de vie de certaines espèces sous-marines, voire les mettre en danger de mort, souligne une nouvelle analyse réalisée par les biologistes marines Eleanor Caves (Université d'Exeter, Angleterre) et Sönke Johnsen (Duke University, États-Unis).

L'évolution en eaux plus froides dégrade l'acuité visuelle

Cette recherche s'appuie sur une théorie selon laquelle les poissons qui vivent entre la surface et le fond de la mer migrent vers des eaux plus froides et plus profondes à cause des hausses de températures.

Une étude antérieure a notamment révélé qu'entre 1968 et 2000, des espèces de poissons basées au large de la côte nord-est des États-Unis seraient descendues de plus d'un mètre par an alors que la température des eaux avait augmenté de seulement 1°C. 

Or ces migrations ne sont pas sans danger pour la survie des poissons. En effet, plonger en eaux profondes peut atténuer la perception des couleurs pour ces espèces sous-marines, qui rencontrent plus de difficultés à discerner les différences de teintes et de luminosité. 

Une mauvaise vision complique la recherche d'un partenaire sexuel

Cette perte de repères pourrait se traduire par des difficultés à se reproduire. Une recherche réalisée sur les cichlidés du lac Victoria en Afrique a par exemple montré que ces poissons identifient leurs semblables en se basant sur leurs couleurs distinctives.

Mais quand la clarté de l'eau est réduite (par exemple par la pollution), ces poissons ne parviennent plus à distinguer leurs congénères et s'accouplent avec d'autres espèces.

Au-delà de la question de la reproduction, cette perte de repères rend également les poissons plus vulnérables aux éventuels prédateurs : "Dans l'eau claire de l'océan, le rouge est la première couleur à se ternir et à disparaître. C'est important car de nombreuses espèces utilisent des signaux rouges pour attirer les partenaires ou dissuader les ennemis", précise Sönke Johnsen, co-autrice de l'étude. 

Les espèces des espaces maritimes clos sont les plus menacées

D'après les chercheuses, certaines espèces sont plus vulnérables que d'autres, notamment celles qui peuplent les bassins semi-fermés (mer Méditerranée, Golfe du Mexique, mer Noire) et les récifs coralliens, qui ne peuvent pas s'abriter de la chaleur en se déplaçant vers autres les pôles de la planète. "Ces espèces n'auront d'autre choix que de plonger plus profondément pour garder leur fraîcheur", suppose Eleanor Caves.

Le phénomène pourrait s'aggraver compte tenu de la hausse constante des températures océaniques, qui ont battu des records en termes de chaleur ces dernières années.