Le réchauffement climatique n'a pas le même impact selon les régions du monde

Le réchauffement climatique n'a pas le même impact selon les régions du monde.
Le réchauffement climatique n'a pas le même impact selon les régions du monde. - © Luis Dafos - Getty Images

Des chercheurs danois ont passé en revue 15 ans d'images satellites de la Terre afin d'étudier l'impact du réchauffement climatique sur la végétation dans le monde. D'après leurs observations, les pays les plus démunis sur le plan économique risquent d'être confrontés à d'importantes pénuries alimentaires dans les années à venir. Sans surprise, les pays riches s'en sortent nettement mieux.

Si on observait l'impact du réchauffement climatique sur la végétation des zones arides du monde pendant 15 ans, quels résultats obtiendrait-on ? C'est l'expérience réalisée par des chercheurs danois de l'université de Copenhague, qui publient les résultats de leur recherche dans la revue Nature Sustainability.

De plus en plus de zones arides dans les pays les plus pauvres

Les scientifiques du département de géoscience et de gestion des ressources naturelles de l'université de Copenhague ont analysé les images satellites utilisées pour surveiller l'activité de la Terre en temps réel. La végétation et les précipitations des zones du monde ont été étudiées à partir de ces images, sur une période s'étalant de 2000 à 2015.

Pour comparer l'évolution de la végétation dans les régions arides du monde, les scientifiques ont pris en compte les différences de pluviométrie, plus ou moins importantes selon les régions au cours de ces dernières décennies.

D'après leurs observations, plus de 40% des écosystèmes de la Terre sont arides. Une proportion qui devrait augmenter considérablement au cours du 21ème siècle.

"Nous observons une tendance claire à l'évolution négative des zones arides dans les pays les plus défavorisés sur le plan économique. Il apparaît ici que la croissance de la végétation est de plus en plus découplée des ressources en eau disponibles et qu'il y a tout simplement moins de végétation par rapport à la quantité de précipitations. C'est le contraire dans les pays les plus riches", explique le professeur Rasmus Fensholt, co-auteur de l'étude. 

La pression démographique pourrait provoquer d'importantes pénuries alimentaires

Cette évolution inquiétante de la végétation dans les régions arides des pays en voie de développement s'explique notamment par la croissance démographique rapide, notamment en Afrique, où il est de plus en plus nécessaire d'exploiter des terres qui deviennent dans le même temps de plus en plus inaptes à l'agriculture à cause du réchauffement climatique. 

À l'inverse, la végétation des zones arides des pays les plus riches du monde semble mieux faire face au changement climatique. Probablement grâce au financement de grandes exploitations agricoles qui permettent, entre autres, l'irrigation et la fertilisation des terres, supposent les chercheurs. 

Au vu de ces résultats, les auteurs des travaux se montrent peu optimistes. Les prévisions indiquent une expansion des zones arides actuelles, qui pourrait engendrer de graves pénuries alimentaires. "Une des conséquences du déclin de la végétation dans les régions arides les plus pauvres du monde pourrait être une augmentation des réfugiés climatiques en provenance de divers pays africains. D'après ce que nous avons vu dans cette étude, rien n'indique que le problème diminuera à l'avenir", alerte le Pr Fensholt.