La Terre a tourné plus vite en 2020, qu'est-ce que cela implique ?

La Terre a tourné plus vite en 2020, qu'est-ce que cela implique ?
3 images
La Terre a tourné plus vite en 2020, qu'est-ce que cela implique ? - © Nuttapoom Amornpashara - Getty Images

Même la Terre voulait que 2020 se termine au plus vite. Elle a tourné plus rapidement en 2020 que depuis le début des mesures de variations du temps, selon les scientifiques. Il faudra peut-être retirer une seconde intercalaire pour revenir à l’heure exacte.

Comme indiqué dans LiveScience, 28 jours plus rapides que les autres (les plus rapides jamais enregistrés par la Terre depuis 1960) se sont passés en 2020. Les chercheurs ont pu calculer que la Terre a effectué ses révolutions quelques millisecondes plus rapidement.

Habituellement, la Terre est un excellent chronométreur, selon TimeandDate.com. Elle tourne une fois toutes les 86.400 secondes, ce qui équivaut à 24 heures. Concrètement, un jour solaire moyen.


Lire aussi : Ces 13 inventions créées lors de la conquête spatiale qui nous servent tous les jours


Un jour solaire moyen peut varier

"Mais ce n’est pas toujours parfait", comme le disent Graham Jones et Konstantin Bikos sur TimeandDate.com. "Lorsque les horloges atomiques très précises ont été développées dans les années 1960, elles ont montré que la durée d’un jour solaire moyen peut varier de quelques millisecondes", sachant qu’une milliseconde équivaut à 0,001 seconde.

La rotation de la Terre peut changer légèrement pour diverses raisons comme le mouvement de son noyau mais aussi, et c'est plus étonnant, en raison des conditions météorologiques et océaniques.

"Les changements dans l’atmosphère, en particulier la pression atmosphérique et les mouvements des vents qui peuvent être liés à des phénomènes climatiques comme El Niño sont suffisamment forts pour que leur effet soit observé sur la rotation de la Terre", explique à ScienceDaily David A. Salstein, un scientifique atmosphérique de la recherche atmosphérique et environnementale.

L’invention des secondes intercalaires

Puisque la vitesse de la Terre est irrégulière, les scientifiques des années 1950 ont créé une horloge atomique pour avoir une idée plus précise du temps. Cependant, comme la rotation de la Terre peut varier, l’horloge atomique a continué d'avancer très régulièrement alors que le temps "terrestre" continuait de bouger. Les deux indicateurs de temps se sont donc éloignés l’un de l’autre.


Lire aussi : La Nasa découvre une barrière artificielle entourant et protégeant la Terre


Pour corriger cette incohérence, les scientifiques ont alors créé l’UTC (le temps universel coordonné) pour aider à combler le fossé entre le temps terrestre et l’horloge atomique. L’UTC est d’ailleurs devenu la référence horaire officielle en Belgique.

Malgré cela, l’horloge atomique a continué à avancer, au point qu’au moins une fois tous les 10 ans, les scientifiques doivent ajouter un saut de seconde (autre nom donné aux secondes intercalaires) supplémentaire à l’UTC.

Une seconde intercalaire négative

"La récente accélération de la rotation de la Terre a amené les scientifiques à parler pour la première fois d’un saut de seconde négatif", selon LiveScience. En effet, cette année pourrait être insolite et au lieu d'ajouter une seconde intercalaire comme c'est le cas depuis des années, il va falloir en enlever une.

"Il est tout à fait possible qu’une seconde intercalaire négative soit nécessaire si le taux de rotation de la Terre augmente encore, mais il est trop tôt pour dire si cela est susceptible de se produire", a déclaré au Telegraph le physicien Peter Whibberley du National Physics Laboratory au Royaume-Uni. "Il y a aussi des discussions internationales sur l’avenir des secondes intercalaires, et il est également possible que la nécessité d’une seconde intercalaire négative pousse la décision à mettre fin aux secondes intercalaires pour de bon", a-t-il expliqué.

L’importance des secondes intercalaires

"Dans la vie de tous les jours, cette seconde supplémentaire n’a pratiquement aucune importance", a déclaré Wolfgang Dick, porte-parole du Service international de rotation de la Terre et des systèmes de référence, l’organisation qui maintient l’heure mondiale, à USA TODAY.

"Cependant, dans tous les domaines où l’exactitude du temps est nécessaire (astronomie, navigation, vols spatiaux, mais aussi des réseaux informatiques pour les marchés boursiers ou l’approvisionnement en énergie, et bien plus encore) cette seconde est d’une grande importance", a déclaré Dick.

La seconde intercalaire la plus récente a été ajoutée en 2016.