La Nasa pense qu’il pourrait y avoir de la vie sur Europe, satellite de Jupiter

L’océan recouvert de glace sur Europe, une des lunes de Jupiter, pourrait convenir à la vie selon la Nasa.

Comme la Nasa va bientôt survoler une des lunes de Jupiter, on apprend que l’agence spatiale américaine pense qu’il pourrait y avoir de la vie sur Europe, une autre Lune très connue de la planète géante. Selon une nouvelle étude, financée par la Nasa, la couche de glace qui recouvre Europe pourrait être un rempart protégeant la vie (qui se serait développée dans l’océan salé sous la glace) des impacts d’astéroïdes et du rayonnement cosmique, comme l’explique le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa dans un nouvel article.

Europe est-elle protégée par sa mer de glace ?

Les scientifiques ont longtemps cru qu’Europe était une boule de glace morte ou stérile. Cependant, avec les différentes études de la planète et les satellites qui sont passés dans sa région, on s’est rendu compte que la gravité de Jupiter est une force suffisante qui permet à la glace sur sa quatrième plus grande lune de ne pas être uniquement solide. Cela pourrait permettre à la vie d’apparaître, à l’abri de la couche de glace et avec potentiellement une source de chaleur cachée, selon NBCNews.

De plus, la récente étude permet d’avoir une vision plus claire de ce à quoi ressemble la surface d’Europe, des images sublimes qui nous transportent aux confins de notre système solaire et sur lesquelles on peut voir que la glace permet de protéger la potentielle eau liquide en dessous en empêchant les impacts d’astéroïdes qui, sur Terre, sont en grande partie désintégrés par leur entrée dans l’atmosphère.

Emily Costello qui fait partie de l’équipe de recherche de l’étude explique, selon Space.com, que la surface est "jardinée" par le rayonnement cosmique et les déchets solides sur une couche d’environ 30 cm. "Si nous espérons trouver des biosignatures chimiques vierges, nous devrons regarder en dessous de la zone où les impacts ont été jardinés. Les biosignatures chimiques dans des zones moins profondes que cette zone peuvent avoir été exposées à des radiations destructrices" explique-t-elle.

La Nasa se demande aujourd’hui quel impact le rayonnement cosmique peut avoir sur cette potentielle vie dans l’océan sous-glacié d’Europe. La présence de Jupiter peut-elle aggraver les choses ? La glace est-elle suffisante pour protéger ces particules de vie qui tentent peut-être de se développer. Des questions qui auront peut-être des réponses avant la fin de la décennie (la mission étant prévue pour 2024) puisque le projet est d’envoyer une sonde pour vérifier ces théories, bien qu’elle ne se posera pas sur Europe.