La déforestation bénéfique pour le réchauffement climatique ? Dans certaines conditions, oui !

La déforestation bénéfique pour le réchauffement climatique ? Dans certaines conditions, oui !
3 images
La déforestation bénéfique pour le réchauffement climatique ? Dans certaines conditions, oui ! - © marcoisler - Getty Images/RooM RF

Stratégiques dans la lutte contre le réchauffement climatique, les projets de reforestation représentent un enjeu important pour le stockage du carbone. À condition de prendre en compte l'effet d'albédo, qui correspond au réchauffement des sols dans les forêts, pointe une nouvelle étude.

Selon le WWF, ce serait 43 millions d'hectares qui auraient été perdus dans la déforestation dans le monde entre 2004 et 2017. Précieux pour l'environnement, les arbres capturent du CO2 tout au long de leur existence. La déforestation libère donc tout le carbone stocké, ce qui contribue au réchauffement climatique.


Lire aussi : Brasilia promet de réduire la déforestation de l'Amazonie


Pourtant, certaines forêts dérogent à la règle… allant même jusqu'à provoquer le phénomène inverse, comme le rappelle, Christopher A. Williams, professeur à la Graduate School of Geography de l'université Clark (États-Unis).

Les forêts réchauffent les sols par absorption de la lumière solaire

Son étude parue dans Science Advances analyse les capacités de stockage de CO2 des forêts aux États-Unis, en prenant en compte l'effet d'albédo ("blancheur" en latin), qui désigne l'absorption de la lumière solaire par les sols forestiers et le bois des arbres.

L'effet d'albédo joue également un rôle essentiel au niveau climatique : plus la surface qui absorbe les rayons de soleil est sombre (ce qui est le cas des forêts), plus elle contribue à réchauffer les sols.

Subventionnée par le système de surveillance du carbone de la NASA, cette recherche a porté sur environ un quart du territoire forestier américain. L'équipe du Pr Williams a localisé des sites (zones urbaines ou agricoles, prairies, arbustes, pâturages...) ayant autrefois abrité des forêts.


Lire aussi Et si on remplaçait la climatisation polluante par de la peinture blanche ?


Les scientifiques ont ensuite calculé la quantité de carbone de la biomasse forestière libérée dans l'atmosphère et la quantité de lumière solaire supplémentaire réfléchie dans l'espace. En comparant ces deux effets, ils ont mesuré l'impact net de la déforestation sur le système climatique.

Certaines zones déboisées génèrent un refroidissement durable

Conclusion de l'étude : sur certains sites, la déforestation a entraîné un refroidissement net persistant. Autrement dit, l'effet d'albédo l'a emporté sur la libération du carbone stocké. C'est par exemple le cas dans les régions intermontagneuses et les montagnes Rocheuses situées à l'ouest des USA mais pas à l'est du fleuve Mississippi ou dans les États de la côte Pacifique...


Lire aussi : Déforestation: une centaine d'ONG appelle l'UE et la Belgique à prendre leurs responsabilités


"Nous avons constaté que dans certaines régions du pays, comme les montagnes de l'Ouest, davantage de forêts conduisent à une planète plus chaude, si l'on considère l'ensemble des impacts climatiques des effets du carbone et de l'albédo", explique le spécialiste du climat.

CO2/lumière solaire : prendre en compte tous les paramètres !

Cette théorie de l'effet d'annulation ou de compensation de ces deux phénomènes climatiques a été établie il y a plusieurs années mais n'est pas toujours suffisamment prise en compte, estime le Pr Williams.

Ce dernier insiste sur la nécessité d'intégrer l'impact de l'effet d'albédo avant de se lancer dans des projets de reforestation, mesure phare pour lutter contre le réchauffement climatique. 

"Si nous ne tenons pas compte des effets du carbone et de l'albédo, les initiatives de plantation d'arbres à grande échelle pourraient finir par placer des arbres dans des endroits qui sont contre-productifs pour le refroidissement du système climatique", alerte le scientifique. 

Les auteurs de ces travaux espèrent constituer un ensemble de données afin de les mettre à disposition des propriétaires et des décideurs politiques du monde entier au cours des deux années à venir, dans le but de s'assurer que les projets de reforestation ciblent les bons sites et obtiennent les effets escomptés.