La Belgique et le Danemark bons élèves européens en matière de promotion du vélo

Désormais, la majorité des pays de l'Union européenne incluent le vélo dans leurs différents plans de relance suite à la crise liée à la pandémie de Covid-19. Dans la plupart des cas, il s'agit d'améliorer et de développer les infrastructures cyclistes et de faire la promotion du vélo en ville.

La Belgique championne d'Europe des subsides alloués au vélo

La Belgique est  le pays qui va proportionnellement consacrer le plus d'argent au développement du cyclisme grâce aux subventions européennes qu'il s'apprête à recevoir, selon la Fédération européenne des cyclistes.

La Belgique apparaît donc comme le pays de l'Union européenne qui va consacrer le pourcentage le plus élevé de sa subvention facilitée pour la reprise et la résilience (FRR) au vélo (7%), loin devant le Danemark (4,4%), la Hongrie, la Lettonie et la Slovaquie (1,7%).

Des politiques nouvelles ou renforcées pour soutenir la transition

Ces statistiques sont extraites d'un compte-rendu des efforts faits par chaque membre de l'UE en matière de promotion du cyclisme, publié par La Fédération européenne des cyclistes.

Il en ressort aussi que plusieurs pays ont lancé pour la toute première fois un plan de relance contenant des mesures relatives au vélo.

C'est par exemple le cas de la Bulgarie, qui inclut dans son plan la mise en œuvre d'infrastructures inédite à destination des cyclistes. L'Estonie, la Suède ou encore Malte souhaitent également développer des infrastructures encore bien trop insuffisantes, comme des liaisons cyclistes favorisant l'accès aux gares et aux arrêts de transport public ou encore le développement de sentiers cyclables en dehors des villes.

Plusieurs pays ont quant à eux publié des versions actualisées de leurs plans de relance, avec de nouvelles recommandations concernant le vélo. C'est le cas de Chypre, qui souhaite développer son réseau cyclable, créer des parkings pour cyclistes et instaurer des zones limitées à 30 km/h en ville. Idem pour la Hongrie ou encore la Roumanie.

L'Allemagne et la Finlande traînent la patte

Concernant la France, la Fédération européenne des cyclistes note que la seule véritable mention du vélo concerne une réforme visant à sécuriser le stationnement des vélos dans les gares et à faciliter et développer leur transport dans les trains.

Pour rappel, le plan de relance présenté par le gouvernement français en 2020 comprend trois mesures phares : le développement de pistes cyclables, davantage de places de stationnement et toujours plus d'aides à l'achat.

À ce jour, cinq plans nationaux ne mentionnent de leur côté pas du tout le vélo : en Allemagne, en Finlande, en Irlande, au Luxembourg et au Portugal.