L'astéroïde responsable de l'extinction des dinosaures a frappé la Terre au pire endroit possible

L'astéroide responsable de l'extinction des dinosaures a frappé la Terre au pire endroit possible.
2 images
L'astéroide responsable de l'extinction des dinosaures a frappé la Terre au pire endroit possible. - © ROGER HARRIS/SPL - Getty Images/Science Photo Libra

Ce que nous savions déjà : il y a environ 66 millions d’années, un astéroïde d’environ deux fois le diamètre de Paris s’est écrasé sur Terre, anéantissant tous les dinosaures terrestres et 75% de la vie sur la planète.

Ce qui restait un mystère était de connaître l’angle d’impact avec la Terre. Il s’avère que la roche spatiale géante a frappé la Terre dans l'angle "le plus mortel qui soit" : 60 degrés. L’impact cataclysmique a propulsé suffisamment de débris et de gaz dans la haute atmosphère pour changer radicalement le climat, condamnant ainsi les dinosaures et de nombreuses autres espèces.

L’angle d’impact à 60 degrés, soit le plus meurtrier

Après analyse de la structure du cratère de 200 kilomètres de large dans le sud du Mexique où l’astéroïde est tombé, les scientifiques ont effectué une série de simulations et ont examiné quatre angles d’impact possibles (90°, 60°, 45° et 30°) et deux vitesses d’impact (12 et 20 kilomètres par seconde). Le pire ajustement qui correspond aux données du cratère était à 60 degrés.

"Soixante degrés est un angle d’impact plus meurtrier car il éjecte une plus grande quantité de matière dans l'air et suffisamment rapidement pour engloutir la planète", a expliqué M. Collins.

"L’impact de Chicxulub a entraîné une extinction massive car il a éjecté d’énormes quantités de poussière et de gaz hors du cratère si rapidement qu'ils se sont dispersé dans le monde entier". Si l’astéroïde avait frappé la Terre à un angle plus oblique, moins de débris auraient été rejetés dans l’atmosphère, a-t-il ajouté.

De grandes quantités de soufre sous forme de minuscules particules restées en suspension dans l’air ont alors bloqué le Soleil, refroidissant le climat de plusieurs degrés Celsius. La fumée, les cendres et les débris ont englouti l’atmosphère, détruisant la plupart des plantes et anéantissant 75% des espèces sur Terre.

Une meilleure compréhension de la formation des cratères

On pense également que la collision a déclenché un tremblement de terre dont les ondes sismiques ont atteint Tanis, un site à 3000 km dans le Dakota du Nord où des preuves définitives de l’impact dévastateur de l’astéroïde ont été découvertes, en seulement 13 minutes. Le choc sismique a déclenché un torrent d’eau et de débris provenant d’une mer intérieure connue sous le nom de "Western Interior Seaway".

Les chercheurs ont analysé les données géologiques recueillies lors d’une fouille récente pour mieux comprendre comment le cataclysme s’est déroulé. Surprise, l’astéroïde ne s’approchait pas, comme on le supposait depuis longtemps, de la Terre par le sud-est : "Le soulèvement central du cratère penche légèrement vers le sud-ouest, et les simulations numériques de l’impact le reproduisent."

Les résultats pourraient conduire à une meilleure compréhension de la formation des cratères en général. Les simulations en 3D, par exemple, suggèrent que les roches "rebondissent" pendant la phase finale de la formation du cratère, un processus qui ne prend que quelques minutes, ont supposé les chercheurs.

"Une très mauvaise journée pour les dinosaures"

Les scientifiques tentent toujours de comprendre exactement comment l’astéroïde a déclenché un événement dextinction de masse et pourquoi certaines espèces ont survécu tandis que d’autres non.

"L’impact a été un très mauvais moment pour les dinosaures", a déclaré Collins, ajoutant que les nouvelles recherches ont montré qu’il était "encore pire" qu’on ne le pensait auparavant. "Il est d’autant plus remarquable que la vie ait survécu et récupéré aussi rapidement."