Les lucioles dansent sans spectateurs au Japon

Les lucioles du parc Tatsuno Hotarudoyo, dans la préfecture de Nagano, prises en photo avec une exposition lente, le 16 juin 2020.
4 images
Les lucioles du parc Tatsuno Hotarudoyo, dans la préfecture de Nagano, prises en photo avec une exposition lente, le 16 juin 2020. - © Philip FONG - AFP

Alors que le soleil se couche sur la petite ville montagneuse de Tatsuno (centre du Japon), des milliers de lucioles commencent à briller dans l'obscurité, un spectacle du début de l'été qui attire normalement des dizaines de milliers de visiteurs.

Cette année cependant, la danse des insectes s'est déroulée dans l'intimité : les organisateurs du Festival des lucioles de Tatsuno ont préféré l'annuler pour limiter les risques liés à la pandémie de coronavirus.

Si cette décision a fait de nombreux déçus, elle a offert une inhabituelle atmosphère de sérénité au ballet nocturne de ces insectes s'embrasant et s'éteignant successivement en virevoltant.

Ce spectacle naturel dure seulement une dizaine de jours en juin et constitue le dernier chapitre de la vie des lucioles.

Un ballet nuptial de toute beauté

"Sur une année de vie, les lucioles ne brillent que pendant 10 à 15 des derniers jours de leur existence, pour laisser derrière elles une descendance", rappelle le maire de Tatsuno, Yasuo Takei.

"Quand on voit le spectacle de cette lumière éphémère, on ne peut qu'être touché et se dire qu'il faut se battre jusqu'au bout. Il y a là peut-être une vision esthétique très japonaise" de la beauté, estime-t-il.

"La lumière correspond à une parade nuptiale, c'est un moyen de communication entre les mâles et les femelles", complète Katsunori Funaki, responsable du tourisme à Tatsuno. "C'est un outil qui va leur permettre, pendant une dizaine de jours, de trouver un partenaire et de pondre des œufs pour l'année suivante."

L'espèce avait quasiment disparu de la région

Quand les conditions sont réunies, sans pluie ni vent, jusqu'à 30.000 lucioles exécutent leur enivrant bal lumineux dans cette localité de la région de Nagano traversée par une rivière.

"Les archives montrent qu'un très grand nombre de lucioles pouvait être observées le long de la rivière Tenryu de la fin du XIXe au début du XXe siècle", précise le maire.

Mais ces êtres fragiles avaient quasiment disparu de la région par la suite à mesure que des industries comme celle de la soie s'étaient développées en amont de la rivière, et avec elles la pollution.

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville a fourni de grands efforts pour restaurer l'environnement et protéger les lucioles, et organise cet étonnant festival depuis plus de 70 ans.

Un escargot à la rescousse

Quand ces minuscules créatures sont présentes en nombre, "elles offrent un spectaculaire paysage de lumière, où étoiles et lucioles scintillantes se reflètent dans l'eau", s'émerveille M. Takei.

La présence de lucioles est généralement le signe d'une nature immaculée mais ces insectes ont aussi des exigences particulières pour choisir leur environnement.

Pour les attirer, la ville de Tatsuno a notamment recours à un escargot d'eau douce appelé "kawanina" en japonais (Semisulcospira libertina).

Car les lucioles passent environ neuf mois à se développer dans l'eau et leurs larves sont friandes de cet escargot, explique M. Funaki.

La ville a créé un parc où des canaux artificiels acheminent une eau pure venant de la rivière et des chutes d'eau pour assurer un habitat aquatique riche en oxygène.

En prenant soin des lucioles, on peut "espérer que nous pourrons de nouveau jouir d'une belle danse l'année prochaine", lance le maire, et les organisateurs du festival espèrent que l'édition 2021 pourra, elle, bien se tenir.