Il y a des océans sur Pluton, découverte incroyable de New Horizons

Il y a des océans sur Pluton, découverte incroyable de New Horizons
3 images
Il y a des océans sur Pluton, découverte incroyable de New Horizons - © HO - AFP

Des images de la sonde spatiale New Horizons de la NASA confirment que Pluton abrite un océan sous sa coque épaisse et glacée, rapportent les chercheurs dans une nouvelle étude.

La recherche a été publiée cette semaine dans la revue britannique Nature Geoscience et on y apprend que, contrairement à la croyance originale du "démarrage à froid" selon laquelle Pluton était autrefois un bloc de glace qui s’est réchauffé par la décroissance radioactive, la planète aurait été autrefois chaude et contenait les océans qui sont toujours présents aujourd’hui.

Pluton, une naine lointaine

Pluton, une planète naine glacée d’une taille équivalent à la moitié des États-Unis, se trouve dans la ceinture de Kuiper à environ 3,6 milliards de kilomètres du soleil. Il a une atmosphère de méthane, d’azote et de monoxyde de carbone. La température de surface de Pluton de -233/-223°C est trop basse pour maintenir la vie, selon la NASA.

New Horizons, lancé en 2006, était le seul vaisseau spatial à visiter Pluton qu’il a atteint en 2015.

"Pendant longtemps, les gens ont pensé à l’évolution thermique de Pluton et à la capacité d’un océan à survivre jusqu’à nos jours", a déclaré Francis Nimmo, professeur de sciences de la Terre et des planètes à l’Université de Californie à Santa Cruz, dans un communiqué. "Maintenant que nous avons des images de la surface de Pluton de la mission New Horizons de la NASA, nous pouvons comparer ce que nous voyons avec les prédictions de différents modèles d’évolution thermique."

Une planète autrefois chaude

Avec Pluton, d’autres gros objets de la ceinture de Kuiper, tels que les planètes naines Eris et Makemake, auraient eu des "démarrages à chaud".

"Même dans cet environnement froid si loin du soleil, tous ces mondes se seraient formés de manière rapide et chaude, avec des océans liquides", a déclaré dans un communiqué Carver Bierson, auteur principal de l’étude et étudiant diplômé de l’UCSC.

L’observation des différentes textures de surface a permis aux experts de comprendre si la glace avait fondu ou gelé et quand cela s’est produit, ce qui leur a fourni une chronologie des changements de surface de Pluton.

Des océans aussi liquides que sur Terre

Selon Bierson, si la planète avait été glacée au départ, la surface se serait contractée alors qu’une extension de la surface prouverait que Pluton a d’abord été 'chaude' et les océans aussi liquides que sur la Terre.

"Nous voyons beaucoup de preuves d’expansion, mais nous ne voyons aucune preuve de compression, donc les observations sont plus cohérentes avec Pluton à partir d’un océan liquide."

Pluton aurait eu besoin d’énergie pour son chauffage rapide présumé. Selon les experts, les principales sources d’énergie potentielles qui auraient pu produire le "démarrage à chaud" de Pluton sont l’énergie gravitationnelle libérée au moment de l’accumulation rapide et la chaleur dégagée par la désintégration radioactive des éléments.