Hubble : de nouvelles images incroyables de Jupiter nous en apprennent plus sur la géante gazeuse

Le télescope Gemini North à Hawaï et le télescope spatial Hubble ont capturé Jupiter de trois manières différentes, pour pouvoir mieux comprendre la géante : à la lumière visible, à l’infrarouge et à l’ultraviolette.

Les images, toutes prises le même jour (11 janvier 2017) afin de permettre une vraie comparaison, révèlent avec détails (et presque artistiquement) les conditions météorologiques de la planète : super-tempêtes, cyclones géants, sans oublier la Grande Tache rouge, cette tempête qui dure depuis plusieurs siècles et qui pourrait englober la Terre tant elle est grande !

4 images
Image à l’ultraviolet de Jupiter © Nasa/ESA/NOIRLab/NSF/AURA/M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al

"Les observations de Gemini North ont été rendues possibles par l’emplacement du télescope dans la réserve scientifique de Maunakea, à côté du sommet de Maunakea", a déclaré Mike Wong, chef de l’équipe d’observation dans un communiqué.

"Nous sommes reconnaissants d’avoir le privilège d’observer Ka’āwela (Jupiter) depuis un lieu unique tant pour sa qualité astronomique que pour sa signification culturelle."

4 images
Image infrarouge de Jupiter © Nasa/ESA/NOIRLab/NSF/AURA/M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al

Les trois images sont, bien entendu, très différentes et permettent d’observer des données et évènements distincts. Par exemple, sur l’image infrarouge, on ne voit pratiquement pas la Grande Tache Rouge mais on aperçoit par contre des taches sombres.

Après observation de la photo à lumière naturelle, les astronomes ont pu déterminer que ces taches sont en fait des trous dans la couche nuageuse. Le fait intéressant est que, grâce à l’image à l’infrarouge, on sait désormais que la chaleur de Jupiter s’échappe dans l’espace par ces trous.

Comprendre les tempêtes de Jupiter

4 images
Image à la lumière "visible" de Jupiter © Nasa/ESA/NOIRLab/NSF/AURA/M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al

On sait depuis longtemps que l’activité météorologique de Jupiter n’est pas de tout repos mais l’observation de ces tempêtes massives et autres super cyclones n’est pas facile. Il aura donc fallu combiner les observations faites par Hubble et Gemini et les images de la sonde Juno, en mission depuis 2016 autour de Jupiter pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur des tempêtes géantes qui continue inlassablement sur Jupiter.

Les nuages ​​des tempêtes peuvent avoir une épaisseur de 65 km, soit cinq fois la hauteur de ceux que l’on retrouve sur Terre. La foudre est également sans commune mesure avec ce que l’on connaît sur notre (paisible) planète bleue : jusqu’à trois fois l’énergie des "superbolts", les coups de foudre les plus puissants sur Terre pouvant atteindre 350 gigawatts.

Si les mystères de la planète se révèlent petit à petit, les chercheurs se posent encore de nombreuses questions sur la formation de cette géante gazeuse et les évènements qui se produisent sur la planète.