Harcèlement dans la nature : ces oiseaux femelles ressemblent à des mâles afin d’éviter leurs persécutions

La femelle du colibri jacobin a développé une technique pour éviter le harcèlement des mâles de son espèce.

Il n’y a pas que dans la rue et sur les vélos que les" femmes" sont harcelées, nous relevons notamment deux exemples d’animaux dont les comportements des mâles (harcèlement) peuvent trouver un parallèle chez les humains, après avoir vu la technique des pieuvres communes femelles qui jettent des coquillages et autres déchets sur les mâles insistants, voici les femelles colibri qui changent de couleurs.

Si chez certains oiseaux, le mâle aide la femelle de la conception au départ des jeunes du nid, ce n’est pas le cas chez le colibri jacobin, comme l’explique le National Geographic, où le mâle (bleu vif) ne reste près de la femelle (cou blanc et plumes vert pâle) qu’au moment de la conception (si tu vois ce que je veux dire). La construction du nid, la ponte, la couvée, le nourrissage et l’élevage des petits, tout ça est fait uniquement par la femelle. Si ce n’était que ça, ça pourrait passer. Mais le mâle ne regarde pas de loin la femelle s’affairer, il vient en plus la harceler. Très agressifs, ils attaquent, picorent et frappent les femelles qui tentent de remplir leur rôle de mère.

Revêtir les couleurs masculines pour être tranquilles

3 images
Revêtir les couleurs masculines pour être tranquilles © 2017 Chris Jimenez

Mais certaines femelles jacobines à cou blanc, que l’on trouve du Mexique au Brésil, ont développé une astuce : prendre les mêmes couleurs que les mâles. Des scientifiques ont découvert ce phénomène et ont publié un article dans Current Biology.

Jay Falk, chercheur postdoctoral à l’Université de Washington explique dans l’article que la plupart des scientifiques ont longtemps pensé que les raisons de l’apparence des mâles et femelles oiseaux dans la nature seraient uniquement sexuelles. Cependant, des oiseaux femelles ont bien développé un nouveau plumage coloré pour des avantages évolutifs qui n’ont rien à voir avec la recherche de partenaires mâles.

De plus, des recherches récentes dans les collections des musées ont révélé qu’une proportion de femelles (de 47 espèces de colibris sur 209 étudiées) ressemblait à leurs homologues masculins, ce qui suggère que c’est plus courant que les scientifiques ne le pensaient.

"Si nous nous concentrons trop sur les mâles et la sélection sexuelle, nous manquons inévitablement la vue d’ensemble et ne parvenons pas à fournir une vision globale de la nature" soutient Jay Falk dans le NYTimes.

3 images
"Le simple fait de ressembler à des mâles semble dissuader les harceleurs" © Getty Images

Lors de ses recherches (entre 2015 et 2019), il s’est rendu au Panama pour observer les colibris et a relevé qu’environ 28% de toutes les femelles ressemblaient aux mâles à tête bleue de plus, les femelles vertes étaient chassées par les mâles plus de 10 fois plus souvent que les femelles à tête bleue. Il a également constaté que les femelles à tête bleu avaient plus de temps dans les mangeoires et autres sources de nourriture car elles se faisaient moins pousser et attaquer par les mâles.

"Le simple fait de ressembler à des mâles semble dissuader les harceleurs"

Pour finir, les chercheurs ont découvert que les colibris mâles préféraient courtiser et s’accoupler avec des femelles de couleurs ternes, ce qui suggère donc qu’être de couleur vive ne donne aucun avantage sexuel aux femelles. Jay Falk pense dès lors que le but ultime de ce changement de couleur serait de pouvoir manger plus longtemps et plus tranquillement, sachant que le colibri brûle énormément de calories et a besoin d’un grand apport en nutriment.