Et si on remplaçait la climatisation polluante par de la peinture blanche ?

Les chercheurs de l'université de Purdue ont mis au point une peinture qui réfléchit les rayons du soleil jusqu'à 95,5%.
Les chercheurs de l'université de Purdue ont mis au point une peinture qui réfléchit les rayons du soleil jusqu'à 95,5%. - © Purdue University photo/Jared Pike

On le sait, la climatisation aggrave le réchauffement climatique. Parce que les besoins en énergie vont augmenter entre 25% et 60% d'ici 2050, on aura le réflexe de rafraîchir nos intérieurs.

Mais c'était sans compter sur la trouvaille de chercheurs américains : une peinture qui réfléchit le soleil et empêche d'emmagasiner la chaleur.

Moins 7 degrés grâce à un matériau révolutionnaire

On savait déjà qu'une simple peinture blanche pouvait donner une impression de fraîcheur. Mais des recherches sont menées pour aller beaucoup plus loin et permettre de ne plus utiliser de climatisation par temps de canicule grâce à une "simple" peinture éclatante.

Des ingénieurs de l'université de Purdue (Etats-Unis) ont réussi à mettre au point un matériau capable de faire baisser de 7°C la température ambiante.

Celui-ci parvient à refléter jusqu'à 95,5% des rayons du soleil. Bref, la peinture n'emmagasine pas la chaleur et pourrait ainsi rendre la climatisation totalement inutile. 

Les ingénieurs ont travaillé sur les propriétés d'une centaine de combinaisons de matériaux pour n'en finalement sélectionner plus que dix. Leur "recette" s'appuie sur du carbonate de calcium, un matériau que l'on trouve dans les pierres ou dans les coquillages. 


Lire aussi : Rafraîchir sa maison sans climatisation, c'est possible !


L'équipe de chercheurs a déposé un brevet pour protéger sa trouvaille, qui pourrait aussi bien être appliquée dans les maisons que sur les voitures, dans les usines...

La prouesse ? La chaleur n'est pas rejetée dans l'atmosphère

Ces recherches sont d'autant plus intéressantes que cette peinture ne fait pas que rejeter la chaleur, elle est capable de l'expulser au-delà de l'atmosphère, donc elle ne contribue pas ainsi au réchauffement climatique.

C'est la différence avec les autres produits du genre, qui avaient aussi tenté de rafraîchir en aspirant les ultraviolets. 

En 2012, la Nasa elle-même avait confié ses espoirs dans la capacité de la peinture blanche à faire baisser la température des immeubles de New York autour de 24°C.