Des millions de criquets ravagent l'Afrique de l'Est, la plus grande épidémie depuis 70 ans

Des millions de criquets ravagent l'Afrique de l'Est, la plus grande épidémie depuis 70 ans
4 images
Des millions de criquets ravagent l'Afrique de l'Est, la plus grande épidémie depuis 70 ans - © TONY KARUMBA - AFP

Les fermiers kenyans sont débordés par les millions de criquets pèlerins envahissent le pays.

L’ONU appelle à une aide internationale pour lutter contre ces énormes essaims qui font également des ravages en Éthiopie et en Somalie. Les fortes pluies en fin d’année 2019 ont créé les conditions parfaites pour la reproduction de ces insectes.

Les criquets dévorent les récoltes et détruisent les terres agricoles, menaçant la région d’une future famine. Le bétail est également touché car trop apeuré pour sortir des étables et se nourrir.

Une bataille compliquée

Ce sont environ 70.000 hectares de terres au Kenya qui sont déjà infestés, selon l’Independent. Les essaims d’insectes sont capables de consommer l’équivalent de nourriture pour 35.000 personnes en une seule journée, selon Jens Laerke du bureau humanitaire des Nations Unies à Genève.

La pulvérisation aérienne de pesticides serait le "seul moyen efficace de réduire le nombre de criquets", mais environ 70 millions de dollars seront nécessaires. Il sera difficile de cibler toutes les zones infestées, en particulier en Somalie, où certaines parties du pays sont sous l’emprise du groupe extrémiste al-Shabab.

Une épidémie sans précédent

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a qualifié l’épidémie de "sans précédent", ajoutant, sur Unilad : "La vitesse de propagation et la taille de cette infection sont tellement au-delà de la norme habituelle qu’elles ont poussé les capacités des autorités locales et nationales jusqu’à leur limite."

L’agence craint que le nombre de criquets n’augmente 500 fois d’ici juin, puisque les pluies du mois de mars apporteront probablement une nouvelle végétation (donc un nouveau garde-manger) dans une grande partie de la région.

Des millions de criquets

Un seul essaim peut contenir jusqu’à 150 millions de criquets par kilomètre carré. Un essaim particulièrement important dans le nord-est du Kenya aurait mesuré 60 km de long et 40 km de large.

Abubakr Salih Babiker, un climatologue basé à Nairobi, a déclaré que le changement climatique a contribué à ces conditions de reproduction "exceptionnelles" des insectes.

L’ONU appelle à une réaction collective au risque de voir l’infection se répandre dans d’autres pays d’Afrique de l’Est "si les efforts pour lutter contre cette peste vorace ne sont pas intensifiés dans toute la région".

Dans un communiqué de presse, le Directeur général de la FAO, QU Dongyu, a déclaré que l’agence avait mis en place des "mécanismes accélérés" pour soutenir les gouvernements car cette situation est désormais de "dimensions internationales".

L’Afrique de l’Est n’est pas la seule région touchée, de nombreux essaims de criquets pèlerins se seraient reproduits en Inde, en Iran et au Pakistan depuis juin 2019. La reproduction de différentes espèces d’insectes est également très importante en Égypte, en Arabie saoudite, au Soudan et au Yémen.