Des événements liés au changement climatique ont aidé les premiers humains à migrer à travers le désert d’Arabie

Les premiers hommes qui vivaient il y a 400.000 ans dans la région actuellement désertique de la péninsule arabique ont été aidés par les changements climatiques de l’époque pour pouvoir aller et venir hors d’Afrique.

Si la région est une des plus désertique du monde aujourd’hui mais de nombreuses périodes de changements climatiques depuis des centaines de milliers d’années ont fait évoluer ces déserts. Des archéologues ont pu déterminer 5 périodes allant de -400.000 à -55.000 où les changements climatiques de la région ont permis aux Hommes de sortir d’Afrique pour se rendre vers l’Orient en passant par l’Arabie.

Entre les grandes dunes du site archéologique de Khall Amayshan 4 les chercheurs ont trouvé des preuves de la formation d’un ancien lac autour duquel, par 5 fois sur une période de 345.000 ans, les êtres humains sont passés, chaque fois au moment où la région était accueillante et y laissant des outils en pierre. Les outils les plus anciens appartiennent à des cultures qui s’appuyaient sur des bifaces, comme Homo erectus pour ensuite devenir une technologie d’outils en pierre plus développée qui aurait pu appartenir aux premiers Homo sapiens et aux Néandertaliens.


Lire aussi : Les hommes de Néandertal pouvaient entendre et "parler" comme nous, selon une nouvelle étude


2 images
© Getty Images

Huw Groucutt, chef du groupe de recherche Max Planck, explique dans son étude publiée dans le magazine Nature, que l’imagerie satellite a permis aux chercheurs de voir qu’il y avait autrefois (et sur une très longue période) environ 10.000 lacs à travers la péninsule arabique, et l’étude des sites archéologiques a révélé des outils en pierre et des fossiles d’animaux.

Selon l’étude, les changements climatiques de la région, passant de désertique à vert et luxuriant sur des milliers d’années ont permis aux humains de conquérir la région. On peut parler de changements climatiques et non de saisons pour ce phénomène car les différences de climat se faisaient sur des milliers d’années, nous ne parlons donc pas ici de saisons des pluies ni de saisons sèches.

Lorsque les changements climatiques se faisaient dans le "mauvais sens" (donc que la région redevenait désertique), les êtres vivants sur place ont dû se déplacer ou disparaître au fur et à mesure, en tentant de s’habituer au nouveau climat.

"Tout cela sert de rappel sur la manière profonde dont le changement climatique a affecté, et continue d’affecter, la survie de la vie sur notre planète", a déclaré dans un communiqué le coauteur de l’étude Tom White, conservateur principal au Natural History Museum de Londres.