Confinement : les bons gestes pour limiter la pollution intérieure de son logement

Confinement : les bons gestes pour limiter la pollution intérieure de son logement.
Confinement : les bons gestes pour limiter la pollution intérieure de son logement. - © Jasmin Merdan - Getty Images

Rester chez soi en période d'épidémie permet de limiter les risques de contamination au Covid-19. Mais passer la majeure partie de son temps à la maison revient à vivre dans un environnement hautement pollué.

Selon l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, nos logements seraient au moins cinq fois plus pollués que l'air extérieur. Produits ménagers, tabac, résidus de combustion de cuisson, moisissures... Nos habitudes de vie et de consommation ont des conséquences sur l'air que nous respirons. D'où l'importance d'adopter des gestes au quotidien.

Voici quelques habitudes à prendre pour optimiser la qualité de son air intérieur.

Aérer son logement plusieurs fois par jour

Le matin, après avoir cuisiné ou fait le ménage, le soir avant d'aller se coucher... Renouveler l'air de son logement plusieurs fois par jour est essentiel. Il est recommandé de laisser la fenêtre ouverte pendant plusieurs minutes pour une aération efficace.

Si le système de ventilation mécanique de votre logement n'a pas été nettoyé depuis longtemps, c'est l'occasion de le faire. "Trop souvent négligée, une bonne ventilation de l'habitat est pourtant essentielle pour vivre dans une maison saine. Elle apporte de l'air neuf, évacue les odeurs et les polluants, élimine les excès d'humidité et fournit aux appareils à combustion l'oxygène dont ils ont besoin", rappelle l'Agence de la transition écologique (Ademe - France) sur son site. 

Eviter le tabac

La fumée de cigarette s'imprègne durablement dans les murs, les tissus, le sol et le plafond. Inhaler l'air d'un espace clos pollué par le tabac augmente le risque de pathologies cardiaques et respiratoires. 

Utiliser les produits industriels ménagers avec modération

Pour ceux et celles qui comptent profiter du confinement pour réaliser un grand ménage de printemps et récurer leur logis à fond jusque dans le moindre interstice, gare à l'usage intensif des produits ménagers industriels. En avril 2019, une étude réalisée par l'association 60 Millions de consommateurs a révélé la présence des substances toxiques et polluantes dans 60 des produits ménagers les plus vendus. A utiliser à petites doses, donc. 

Mieux vaut privilégier les solutions naturelles. Disponibles en grandes surfaces, le savon noir, le savon de Marseille, le bicarbonate de soude non alimentaire et le vinaigre blanc sont vos alliés. A eux seuls, ces produits permettent de nettoyer tout type d'objet, que ce soient des appareils de cuisson (bicarbonate ou savon noir), des vêtements (lessive maison à partir de savon de Marseille) ou des surfaces vitrées (vinaigre blanc).