Comment les géants du jouet tentent de devenir plus écolos ?

Jouets conçus en plastique végétal, matières recyclées, collecte des anciens jouets auprès des consommateurs... L'industrie du jouet se met au vert puisque de nombreux parents privilégient la seconde main, tant pour des raisons écologiques que financières. Le secteur se doit de surfer sur la tendance écologique actuelle.


Lire aussi : Adieu Monsieur Patate, la marque de jouets culte ne sera plus genrée


Ces dernières années, des marques emblématiques du secteur comme Lego, Hasbro ou Mattel ont lancé plusieurs opérations qui s'inscrivent dans une démarche écoresponsable.

Mattel se convertit à l'économie circulaire

Le 11 mai, l'entreprise Mattel a annoncé le lancement d'une vaste campagne d'économie circulaire dans cinq pays (Etats-Unis, Canada, Allemagne, France et Royaume-Uni).

Les anciens jouets des marques Barbie, Matchbo et Mega pourront être renvoyés au fabricant par les consommateurs pour être nettoyés puis transformés en granulés de plastique qui serviront à la conception de nouveaux produits.

Une initiative qui s'inscrit dans une démarche écoresponsable globale du groupe : un an plus tôt, le géant du jouet américain annonçait la mise en vente d'un jouet entièrement fabriqué en plastique végétal pour ses marques Fisher-Price et Mega Bloks.

Hasbro et Lego passent au plastique végétal

Mais le créateur de la célèbre poupée Barbie n'est pas le seul à faire sa mue écologique. En 2019, son concurrent Hasbro annonçait son intention de bannir le plastique de ses emballages, notamment en réduisant progressivement l'utilisation de sacs en polyéthylène, de bandes élastiques et de films blisters d'ici 2022. 

La marque a également déclaré vouloir diviser de moitié sa production de déchets, diminuer sa consommation d'eau de 15% et réduire d'un cinquième ses émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2025.

Hasbro s'est également lancé dans l'utilisation du plastique végétal pour fabriquer ses produits.

Une vaste collecte de jouets organisée en 2019 par la marque en partenariat avec l'entreprise de recyclage TerraCycle propose également d'utiliser le plastique des jouets usagés pour la construction de bancs publics ou d'aires de jeux. 

Dans les "bons élèves", notons également la célèbre entreprise danoise Lego qui en 2019, a lancé son set "Treehouse", un jeu dont les briques qui font office de feuilles d'arbres sont fabriquées à partir d'un plastique issu de canne à sucre. Attention cependant, bioplastique ne veut pas forcément dire biodégradable puisque le le processus de fabrication et  les propriétés du plastique n'ont pas changé. D'ici 2030, la marque a pour objectif de fabriquer des jouets exclusivement en matières 100% durables.

Le secteur du jouet revient de loin !

Des démarches ambitieuses, en phase avec les nouvelles attentes des consommateurs.

Mais ces marques étaient notoirement en retard sur le sujet. En 2011, un rapport de Greenpeace épinglait ces trois géants du jouet, qui recouraient tous à des plastiques fournis par l'entreprise Asia Pulp and Paper (APP), dont l'activité contribuait directement à la déforestation en Indonésie. 

Ce rapport de Greenpeace appelait Lego, Hasbro et Mattel (mais aussi d'autres fabricants de jouets comme Disney) à "devenir des leaders dans leur secteur d'activité en utilisant des produits forestiers durables pour tous leurs jouets et les emballages et en mettant immédiatement en œuvre des politiques d'approvisionnement nouvelles".

Selon Greenpeace, Lego est la première marque à avoir emprunté "la bonne voie". Rapidement après la diffusion de la campagne de l'ONG en juin 2011, l'entreprise danoise a en effet annoncé qu'elle s'assurerait que toutes les fibres qu'elle utiliserait proviendraient de sources certifiées par le label environnemental Forest Stewardship Council. Mattel lui a emboîté le pas quelques mois plus tard.