Comment les espaces verts peuvent améliorer la santé des citadins

Ce n'est un secret pour personne que l'activité physique permet de rester en bonne santé : réduction du stress et de l'anxiété, affirmation de soi, sentiment d'épanouissement et de créativité... Mais le fait d'habiter près d'un parc, d'un jardin communautaire ou autres espaces verts aide également à lutter contre la sédentarité, souligne une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de Stanford.

"Nous voulons aider les urbanistes à comprendre où les espaces verts pourraient le mieux favoriser la santé des gens afin que chacun puisse bénéficier des bienfaits de la nature", explique Roy Remme, chercheur postdoctoral au Stanford Natural Capital Project et à l'origine de ces travaux publiés dans la revue PNAS.

La proximité d'un espace vert incite à bouger plus

L'étude des chercheurs de Stanford a compilé des décennies de recherches en santé publique consacrées aux bienfaits de la nature pour les citadins. Elle démontre notamment comment  les espaces verts installés à proximité du lieu de vie des citadins peuvent inciter ces derniers à se promener, faire du jogging, rouler à vélo ou encore jardiner. 

Certaines personnes peuvent choisir de marcher quelques rues de plus pour admirer un jardin florissant ou de se rendre au travail à vélo le long d'un sentier fluvial.

Cela leur permet de bénéficier de tous les avantages liés à l'activité physique qu'ils auraient pu manquer s'ils n'avaient pas été motivés par les espaces naturels.

À ce titre, les chercheurs de Stanford s'appuient notamment sur l'exemple de la ville d'Amsterdam, reine du vélo et qui fait la part belle à la nature avec ses nombreux parcs et canaux.

Les bienfaits de la nature en ville : de quoi convaincre les décideurs

Cette étude servira de base au Natural Capital Project, un logiciel gratuit qui cartographie les lieux où les gens peuvent bénéficier des nombreux bienfaits offerts par les espaces verts.

Ce site a par exemple récemment été utilisé pour évaluer 775 villes européennes afin de comprendre le potentiel des solutions fondées sur la nature pour lutter contre le changement climatique.

À terme, ce nouvel outil sera mis à la disposition des urbanistes et des investisseurs afin de fournir des données et arguments en faveur des projets urbains visant à implanter la nature dans les villes.

"Notre objectif ultime est de créer des villes plus saines, plus équitables et plus durables", précise Anne Guerry, co-autrice de l'étude et directrice de la stratégie du Natural Capital Project.