Chauffer nos maisons avec Facebook, c'est possible et écologique !

La ville danoise Odense se chauffe grâce à Facebook.
La ville danoise Odense se chauffe grâce à Facebook. - © Westersoe/Istock.com

C’est le pari qu’a relevé une petite ville du Danemark, qui se chauffe grâce au Datacenter de Facebook.

La petite ville d’Odense se chauffe depuis plusieurs mois grâce à la pollution thermique engendrée par le data center de Facebook situé au cœur de la ville. Les data centers sont ces "fermes informatiques" géantes où sont traitées et stockées de gigantesques quantités de données avec, à la clé, une facture énergétique considérable.

Chauffage et eau chaude à l’année pour 6900 foyers !

Le principe mis en place à Odense est assez simple : l’air chaud des serveurs est utilisé pour augmenter la température de la boucle d’eau qui fournit l’eau chaude aux radiateurs des foyers d’Odense. Le système chauffe déjà un hôpital local et plusieurs autres bâtiments de la communauté environnante.

Cette technique n’est pas inédite. Déjà en 2008, une ville suisse près de Zurich a canalisé la chaleur produite par des serveurs IBM pour chauffer une piscine locale. Depuis 2017, le siège social d’Amazon, situé à Seattle, est également chauffé grâce à un centre de données.

Mais le projet en place dans la petite ville danoise est exceptionnel par son ampleur. Lorsque le système fonctionnera à plein régime, il pourra récupérer assez d’énergie pour chauffer 6900 foyers à l’année. Du jamais vu ! Le tout sans émissions de gaz à effet de serre car le système de redistribution de la chaleur est alimenté en énergies renouvelables (éolien), ce qui va permettre à la ville de réduire sa demande en charbon de 25%.

L’ambition "verte" de la compagnie américaine

Pour le moment Facebook n’a pas annoncé d’autres projets similaires mais des idées sont à l’étude. Ce qui est certain, c’est que ce chantier s’inscrit dans une volonté affichée de dépolluer ses centres de données.

Pour le moment, l’entreprise a annoncé avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 59% par rapport aux niveaux de 2017. Elle a aussi atteint 86% d’énergies renouvelables pour toutes ses activités. Avec comme objectif en 2020, une réduction de 75%.