Changement climatique : un tiers de la production alimentaire mondiale serait menacée

Hausse des températures, aridité, épisodes pluvieux à répétition... Si les émissions de gaz à effet de serre continuent de grimper, un tiers des régions agricoles du monde risquent de voir leur production menacée d'ici la fin du siècle, alerte une nouvelle étude dirigée par des chercheurs de l'université d'Aalto (Finlande) et publiée dans la revue One Earth.

Le réchauffement risque de peser lourd sur la production agricole

D'après cette étude, 95% de la production agricole actuelle est située dans ce que ces scientifiques appellent des "espaces climatiques sûrs". Autrement dit, des zones agricoles exposées à des conditions météorologiques extrêmes comme l'aridité ou les fortes précipitations mais suffisamment protégées pour subsister. 

Mais si les températures augmentaient d'environ 3,7°C, 31% de la production alimentaire mondiale pourraient se situer en dehors de ces "espaces climatiques sûrs" d'ici 2081-2100. 

Et si la hausse des températures permet d'accroître la production agricole des régions septentrionales de la planète, cela ne suffira toutefois pas à compenser d'importantes pertes dans les pays du Sud, affirme l'étude.

"Il n'y a tout simplement pas assez d'espace pour que la production alimentaire puisse se déplacer. Nous sommes déjà à la limite", souligne Matti Kummu, professeur associé dans le domaine de l'alimentation mondiale et de l'eau à l'université d'Aalto.

Le Cambodge et l'Afrique sont les zones les plus menacées

Pour établir ces prévisions, les chercheurs ont analysé l'impact des changements climatiques sur 27 importantes cultures vivrières (productions agricoles locales non destinées à l'industrie agroalimentaire) et la production animale actuelle issue de sept grands types de bétail à travers le monde. Ces données ont ensuite été croisées avec des informations relatives à la capacité des sociétés humaines de faire face à ces changements.

Selon leurs observations, les zones les plus à risque de sortir des "espaces climatiques sûrs" se situent dans des pays comme le Bénin ou le Cambodge (où plus de 95% de la production alimentaire serait menacée), le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Niger, la Sierra Leone et le Tchad (plus de 85%).

Au total, 20% de la production végétale et 18% de la production animale mondiales actuelles risquent de sortir de la zone climatique de sûreté, avec une faible résilience pour faire face à ce changement. De nombreuses régions risquent également d'être confrontées à d'importantes pénuries d'eau, prédit l'étude. 

Il n'est pas trop tard pour inverser la tendance

Toutefois, si le réchauffement de la planète est limité entre 1,5 °C ou 2 °C (soit l'objectif fixé par l'Accord de Paris), seules 5 à 8% des zones de la production alimentaire mondiale seraient menacées, soit un impact moindre comparé aux 31% si les émissions de CO2 mondiales suivent leur rythme actuel, précise la recherche.  

"Les politiques futures devraient se concentrer sur des actions qui atténuent simultanément le changement climatique et augmentent durablement la résilience des systèmes alimentaires et des sociétés", conclut l'étude, qui s'ajoute à la littérature scientifique alertant sur les risques de pénuries alimentaires liées au changement climatique.