Ces stars du minimalisme : Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus

Ces deux Américains avaient tout : réussite, argent, couple. Tout ? En apparence, seulement. Car le bonheur, selon Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus, ne consiste pas dans "l'avoir". Alors, ils se sont débarrassés de tout pour garder l'essentiel.

T-shirt noir ou parfois chemise blanche, sourire aux lèvres. A priori, rien ne distingue Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus d'autres hommes de leur âge. Leur simplicité discrète, peut-être. Pourtant, à travers leur site web, leurs conférences, leurs deux reportages sur Netflix et leur podcast, ces deux hommes ont inspiré plus de 20 millions de personnes autour de la planète.

Dans leur ouvrage "Minimalisme", les deux influenceurs américains ont condensé, en moins de 200 pages, l'essence de leur démarche minimaliste. Les médias du monde entier se sont intéressés à leur trajectoire peu commune, dont le New York Times, le Wall Street Journal, et Time Magazine. Ils ont également pris la parole à Harvard, chez Apple ou Google.

La descente aux enfers qui remet tout en question

Derrière un salaire à 6 chiffres et les attributs de la réussite sociale, l'histoire de ces deux Américains est étonnante, loin du rêve américain.

En 2009, la mère de Joshua décède d'un cancer. Un mois plus tard, son épouse le quitte. Ces deux chocs simultanés lui font tout remettre en cause. Pendant la même période, Ryan vit une période difficile et entre en dépression.

Les années qui suivent ne vont rien arranger. En 2011, Ryan, cadre dans une entreprise de télécommunications depuis sept ans, se fait virer. Joshua travaille dans la même boîte et dirige 150 magasins. Il décide, quelques mois plus tard, de démissionner pour se consacrer à l'écriture et avancer dans sa quête du minimalisme.

Ceux qui se sont rencontrés en primaire décident alors de s'éloigner de la société d'hyperconsommation et de reprendre le contrôle de leur vie.

Écoutés et suivis par 20 millions de personnes

En 2014, ils partent en tournée, avec des conférences données dans 100 villes de 8 pays. Leur philosophie de vie ne se résume pas à jeter à la poubelle toutes ses affaires mais consiste à choisir de garder l'essentiel, c'est-à-dire ce qui nous rend heureux, et surtout à faire de la place pour plus d'expériences, de développement personnel et de liberté. Sachant que la façon dont nous rangeons nos espaces personnels impacte la façon dont les gens interagissent avec nous et surtout que ranger est une réelle source de bien-être, il y a un véritable public à qui parler.

"J'ai commencé à me sentir riche pour la première fois de ma vie", explique Joshua Fields après s'être débarrassé de tout.

Leur histoire convainc et rallie les foules. Les 2 comparses sont aujourd'hui suivis par 500.000 fans sur Facebook, 530.000 sur Instagram. Une audience cumulée de 20 millions d'auditeurs, spectateurs et internautes !

"Less is now"

Un premier documentaire sur Netflix leur est consacré, "Minimalism". On y découvre le cheminement qui les a amenés à se délester progressivement de leurs biens mais aussi du poids émotionnel des possessions, des mauvaises relations, job ou objet. Le succès rencontré a été tel qu'un deuxième documentaire "Less is Now" est diffusé sur la plateforme depuis le 1er janvier. On y voit les "minimalists" sillonner le monde.


Lire aussi : Quatre pistes pour réaménager son intérieur pendant le confinement


Accoutumés à se faire bousculer sur la définition du minimalisme, Joshua et Ryan insistent sur le fait qu'il ne s'agit pas de tout abandonner. C'est se servir d'une méthode pour relativiser l'importance de la carrière ou des biens matériels. Preuve que l'on peut faire mieux, avec moins. Une belle matière à réflexion.