Bientôt des sushis dont le saumon n'aura jamais connu la mer

En sushi, en sashimi ou en maki, le saumon de Wildtype se tranche à toutes les sauces. Pourtant, la matière première n'a jamais parcouru les océans. La start-up californienne cultive le poisson à partir de cellules souches de saumon sauvage du Pacifique. L'idée a été lancée par un cardiologue et un diplomate en réponse à l'effondrement des stocks de saumon.

Victime de la surpêche et du réchauffement climatique

D'après WWF, le saumon est en effet un poisson en danger. Sa consommation mondiale a triplé depuis les années 1980. 93% des saumons d'Atlantique sont issus de filières d'élevage. Outre la surpêche, c'est aussi le réchauffement climatique (le saumon est un poisson à sang froid) et la raréfaction des proies qui amenuisent sérieusement les stocks. 

L'objectif des jeunes patrons de Wildtype, soutenus par plusieurs business angels américains, est de continuer à répondre à la demande des consommateurs, qui ont imposé le saumon comme l'un de leurs poissons préférés, dont la consommation a largement été popularisée par les menus sushis.

La start-up vante aussi sa trouvaille comme un moyen d'arrêter de consommer des saumons bourrés d'antibiotiques, de plastiques et de mercure. 

L'entreprise a donc lancé un appel aux chefs et enseignes américaines pour participer à l'expérimentation de ce nouveau produit afin de l'inscrire à leur carte. C'est la toute première matière première que Wildtype cultive en laboratoire.