Avec cette application, vous pouvez lutter contre la pollution des océans grâce à une simple photo

L'application "I Clean My Sea" permet également de calculer la trajectoire des déchets flottant.
L'application "I Clean My Sea" permet également de calculer la trajectoire des déchets flottant. - © Courtesy of I clean my sea

Avis aux écolos, cette application est faite pour vous. Si vous n’en pouvez plus de voir du plastique envahir les océans, vous pouvez dès à présent lutter contre cette pollution en prenant une simple photo.

Une start-up française vient de lancer une application gratuite pour organiser la collecte de plastiques en mer grâce à la géolocalisation des photos. Pour le moment basée au Pays basque, l’entreprise 'I Clean My Sea' vise le marché international.

Disponible gratuitement depuis août dernier en téléchargement sur iOS et Android, l’application "I Clean My Sea" propose une idée toute simple : prendre une photo des déchets flottant dans l’océan grâce à l’application. Les marins pourront alors avoir accès à la géolocalisation de la photographie afin de se déplacer avec leur navire The Collector pour ramasser les déchets en question. Construite par la fondation Race for Water en 2015, l’entreprise I Clean My Sea utilise ce navire depuis juillet 2020.

Depuis le lancement de l’application, l’entreprise fondée par Aymeric Jouon a comptabilisé environ 300 téléchargements. Un bon début sans trop de promotion dans les médias : "J’ai regardé récemment et on a à peu près 300 utilisateurs sur l’application. Ça va vite d’autant plus qu’on a commencé à peine à communiquer sur le fait que cette application existait", a confié le fondateur à la rédaction d’ETX Studio. Pour le moment, le nombre d’interventions n’a pas été comptabilisé encore, mais le navire sera opérationnel jusqu’à fin septembre, nous a-t-il indiqué. "On a une équipe de trois personnes. Moi-même à la gestion et deux marins professionnels qui se relaient sur le navire pour le faire fonctionner sept jours sur sept", a précisé Aymeric Jouon. "Une fois qu’on aura montré les tenants et les aboutissants, les principes de fonctionnement et l’efficacité opérationnelle que l’on peut atteindre avec notre plan d’action, l’idée ça sera ensuite d’aller voir les collectivités littorales pour leur proposer sur 2021 d’adopter notre plan d’action et vendre nos services de détection et de collectes".

Une ambition internationale

Si pour le moment, le navire est opérationnel seulement au Pays basque, Aymeric Jouon vise le marché international : "L’application est aussi disponible dans le monde entier. C’est-à-dire que si aujourd’hui on est en capacité de proposer un plan d’action opérationnel suite aux détections sur notre secteur, ailleurs dans le monde ces détections vont nous permettre de comprendre comment se forment les zones d’accumulation de déchets flottants et avec le partenariat que nous avons avec l’Agence Spatiale Européenne, qui elle nous apporte des fonds et du soutien logistique, on va développer un algorithme qui permettra d’identifier les zones d’accumulation de déchets flottants à partir des images satellites", a-t-il expliqué. "Plus on aura des détections, plus on sera en capacité d’aller voir les collectivités littorales et leur dire 'regardez on a toute une communauté de gens qui détectent les déchets flottants sur votre territoire, vous pouvez bénéficier de cette communauté en achetant notre service de détection'".

L’entrepreneur français a même rencontré Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique, en août dernier. "On aimerait bien travailler avec le gouvernement et que ces décisions soient prises à ce niveau. […] Collecter les déchets sur le linéaire d’une commune c’est bien, collecter les déchets à l’embouchure d’une rivière c’est mieux".