Au Royaume-Uni, McDonald's, Nestlé, Marks & Spencer et bien d'autres se rachètent une conduite écolo

Au Royaume-Uni, McDonald's, Nestlé, Marks & Spencer et bien d'autres se rachètent une conduite écolo.
Au Royaume-Uni, McDonald's, Nestlé, Marks & Spencer et bien d'autres se rachètent une conduite écolo. - © by Kim Schandorff - Getty Images

McDonald's, Nestlé, Tesco... Plus de 20 marques se mobilisent contre la déforestation. Les grands groupes ont adressé une lettre ouverte au gouvernement britannique dans laquelle ils appellent à des mesures plus drastiques pour lutter contre cette catastrophe environnementale, légale dans certains pays.

Une manière de redorer leur blason à l'heure où les consommateurs sont de plus en plus engagés écologiquement ?

22 grandes marques de supermarchés, de chaînes de restauration et des groupes de l'industrie agroalimentaire ont appelé à étendre le nouveau projet de loi contre la déforestation aux activités même légales qui détruisent les forêts partout dans le monde et principalement au Brésil.

Une lettre a été dévoilée ce lundi 5 octobre, dernier jour de la consultation sur la nouvelle loi, qui promet de lutter contre la déforestation illégale et dans le but de protéger les forêts tropicales.

Les géants de l'alimentation unis pour protéger les forêts tropicales

Personnellement adressée à George Eustice, secrétaire d'Etat à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales du gouvernement de Boris Johnson au Royaume-Uni, la lettre réunit de grands groupes tels que McDonald's, Tesco, Nestlé, Sainsbury's ou encore Lidl Great Britain et Marks & Spencer, pour ne citer qu'eux.

"Nous soutenons totalement l'intention du gouvernement de développer une stratégie de coordination afin de proposer un cadre commun où les matières premières durables sont la norme au Royaume-Uni et ailleurs."

"C'est pourquoi nous encourageons le gouvernement à aller plus loin dans ce projet de loi environnemental afin d'assurer que cette opportunité établisse un cadre efficace, réalisable et rentable pour stopper toutes formes de déforestation", peut-on lire au début de la lettre ouverte.

Etendre le contrôle aux activités légales de déforestation

A ce jour, la loi prévoit des amendes aux entreprises se rendant complices de déforestation en utilisant des produits issus de la déforestation tels que l'huile de palme, le caoutchouc ou encore le soja. Les grands noms devront indiquer d'où proviennent leurs produits tropicaux et ne pourront désormais plus utiliser des produits récoltés illégalement dans leur pays d'origine.

Pourtant, dans certains pays, certains agriculteurs peuvent en toute légalité dévaster des forêts pour produire en masse.

"Réduire les actions seulement à la déforestation illégale n'arrêtera pas la perte de ces écosystèmes naturels, spécialement quand les gouvernements des pays producteurs décident discrètement ce qui est légal", dit la lettre.

Les grands groupes alertent aussi sur les plus petites entreprises qui pourraient passer entre les mailles du filet tout en important des matières telles que le caoutchouc sans être forcément inquiétées. La lettre propose de s'intéresser plutôt au volume des importations plutôt qu'à la taille de l'entreprise.

 

La pression des consommateurs

Face à la pression de leurs consommateurs, qui scrutent de plus en plus le rôle des marques quant à l'impact environnemental de leurs produits, les grandes marques de renommée internationale se sont mobilisées pour saluer ce projet de loi tout en pointant ses faiblesses.

"C'est un pas en avant mais ce n'est pas suffisant pour arrêter la déforestation et nous encourageons le gouvernement à aller plus loin en adoptant les règles nécessaires pour résoudre ce problème", conclut la lettre. "Ce projet de loi continuera de permettre une déforestation rampante dans des zones à risque telles que l'Indonésie et le Brésil", a déclaré Robin Willoughby, directeur du groupe Mighty Earth, rapporte la BBC.