Après l'hydrogène, quelles sont les nouvelles énergies du futur ?

Après l'hydrogène, quelles sont les nouvelles énergies du futur ?
Après l'hydrogène, quelles sont les nouvelles énergies du futur ? - © Baac3nes - Getty Images

Il y a deux ans, l'Allemagne a lancé un modèle de train homologué qui roule à l'hydrogène. Il ne rejette que de la vapeur d'eau.

Longtemps vue comme une idée farfelue, cette réaction chimique est maintenant perçue comme une solution crédible contre la pollution. D'autres hypothèses sont dans les tiroirs des scientifiques du monde entier. Tour d'horizon des concepts les plus prometteurs.

La fusion nucléaire

Le but de la fusion est de reproduire la réaction de fusion de l'hydrogène, qui survient naturellement au cœur du Soleil et des étoiles et qui crée de l'énergie en masse. C'est un projet ancien, qui a vu le jour au milieu des années 80. Au départ, c'était un partenariat entre la Russie et les Etats-Unis. Très vite, le sujet s'est transformé en dossier international embarquant 35 pays : le projet ITER.

Depuis fin juin, le réacteur est en cours d'assemblage sur un site implanté dans les Bouches-du-Rhône, en France, ce qui est une grande avancée pour les recherches. Si l'idée arrive à son terme, nous aurons trouvé une source d'énergie en abondance pour des millénaires. Car ce type de centrale n'a pas besoin de beaucoup de combustibles. Une centrale à fusion de 1.000 Mwe aurait besoin de 125 kg de deutérium et de 3 tonnes de lithium contre 2,7 millions de tonnes de charbon pour une centrale de la même puissance, fonctionnant une année. 

Le thorium, l'atome vert

Le thorium, élément naturel présent abondamment sur Terre, est un combustible alternatif découvert au XIXème siècle. Mais depuis les années 60, il fait débat au sein de la communauté scientifique. Certains parlent de "l'atome vert" et d'autres de "mirage du thorium". Il aurait des propriétés plus avantageuses que l'uranium : il produit beaucoup moins de déchets, est présent en abondance et est très difficile à utiliser pour la fabrication de bombes nucléaires.

Les recherches ont prouvé que grâce à cette technologie, nous aurions accès à de l'énergie pour 10.000 ans. Il y a plusieurs projets partout dans le monde pour mettre en place ce genre de réacteur. L'Inde, qui détient le quart des gisements mondiaux, l'utilise déjà. La Chine vient d'investir 350 millions de dollars et la Fondation Bill Gates est en train d'étudier le projet.

Le pétrole à base d'air

Fin 2012, des ingénieurs britanniques sont parvenus à transformer de l'air en pétrole. Ce carburant propre de synthèse serait, en plus, compatible avec les moteurs existants. Des années plus tard, le projet en est encore à ses débuts et la technologie est, pour le moment, trop coûteuse pour un développement commercial. Même si l'entreprise espère la construction d'une raffinerie dans quelques années. Reste à savoir si l'on ne court pas vers un nouveau mirage qui va pomper une ressource vitale...