A quel point l'espace est-il pollué?

A quel point l'espace est-il pollué?
A quel point l'espace est-il pollué? - © johan63 - Getty Images/iStockphoto

On parle beaucoup de la pollution terrestre, en oubliant que notre activité impacte aussi l'espace. Les quelque 2000 satellites dans l'espace libèrent des débris qui menacent leur bon fonctionnement. Décryptage.

Les satellites, nous les utilisons constamment. Ils servent notamment pour nos téléphones portables ou nos GPS. Mais l'augmentation du nombre de satellites présents dans l'espace menace leur exploitation même. Ces derniers libèrent des débris, dont la vitesse endommage et détruit totalement les astres mécaniques.

131 millions de débris dans l'espace

À l'heure actuelle, environ 2000 satellites naviguent sur différentes orbites spatiales, selon l'association UCS (Union of Concerned Scientists). Notre appétence pour les hautes technologies et les objets connectés présage une augmentation constante de ce chiffre. SpaceX ou Amazon, prévoient déjà de lancer 12.000 et 3000 engins. Et cette activité, comme toute activité humaine, pollue. Cette pollution est liée aux débris spatiaux.

Les débris sont des objets divers, comme des gants, boulons, composants, satellites non opérationnels ou les étages supérieurs de fusées, qui circulent dans l'espace à grande vitesse. Selon le CNES, un objet de 1 cm de diamètre aura la même énergie qu'une berline lancée à 130 km/h. Il y a environ 131 millions de débris entre 1 et plus de 10 cm, d'après un comptage effectué par l'Agence spatiale européenne. Cette vélocité est dangereuse car elle endommage ou même détruit les satellites. En plus, lors de l'impact il y a création de nombreux nouveaux débris.

Cette augmentation de la pollution spatiale menace jusqu'à l'exploitation même des satellites, car arrivera un moment où il sera physiquement impossible d'envoyer de nouveaux satellites sur une orbite car celle-ci sera saturée de débris. C'est le fameux syndrome de Kessler, découvert par l'astrophysicien du même nom en 1978.

Taxer les prochains projets de lancement

Les scientifiques réfléchissent à des solutions pour résoudre ce casse-tête. Intuitivement, l'idée de blinder les satellites a été mise en place. À ce blindage est couplé un traçage des gros débris, de plus de 10 cm, qui permet au satellite de changer de trajectoire pour les éviter. Mais tout le problème réside dans les débris de taille moyenne (entre 1 et 10 cm), qui sont trop petits pour être suivis mais trop gros pour ne pas détruire le blindage

La communauté spatiale internationale planche sur un projet d'élimination active des débris (active debris removal). Même si il n'y a pas encore de consensus sur les méthodes à mettre en place, il est sur que ce projet aura un coût faramineux. Les estimations actuelles sont de l'ordre de plusieurs centaines de millions d'euros pour le nettoyage de 5 débris. Pour répondre au problème financier, des économistes ont publié dans la revue Acta Astronautica, une étude qui prouve qu'une taxe sur les prochains projets de lancement serait efficace pour dépolluer l'espace. Mais pour le moment ce n'est qu'une contribution scientifique, son effectivité pratique prendra certainement beaucoup de temps. Sera-t-il trop tard ?