5200 tonnes de poussières extraterrestres tombent sur Terre chaque année

5200 tonnes de poussières extraterrestres tombent sur Terre chaque année
2 images
5200 tonnes de poussières extraterrestres tombent sur Terre chaque année - © Haitong Yu - Getty Images

Environ 5200 tonnes de poussières interplanétaires traversent chaque année notre atmosphère et viennent s’écraser sur Terre, selon le CNRS.

Il s’agit de ces poussières de comètes ou d’astéroïdes qui, en entrant dans l’atmosphère, donnent naissance aux étoiles filantes.


Lire aussi : Comète, astéroïde ou météorite : quelles sont les différences ?


Ces poussières atteignent le sol sous forme de micrométéorites. Il s’agit d’un phénomène qui existe depuis toujours, mais qui n’avait pas encore été quantifié. La plupart du temps ce sont des particules minuscules, de l’ordre de quelques dixièmes à centièmes de millimètres, qui ont donc traversé l’atmosphère et réussi à atteindre la surface de la Terre.

On les récolte principalement en Antarctique

Pour collecter puis analyser ces micrométéorites, plusieurs expéditions ont eu lieu au cours de ces 20 dernières années à proximité de la station de recherche franco-italienne Concordia (Dôme C) à un peu plus d’un millier de kilomètres des côtes de Terre Adélie, au cœur de l’Antarctique. Il s’agit d’un lieu de collecte privilégié par les scientifiques en raison de la quasi-absence de poussières terrestres.

En ramenant les résultats de ces collectes à l’ensemble de la planète, le flux total annuel de micrométéorites est estimé à 5200 tonnes par an. C’est bien plus que des objets de plus grande taille, comme les météorites, dont le flux est estimé à environ une dizaine de tonnes par an.


Lire aussi : Les vestiges d’un cimetière extraterrestre vieux de plusieurs milliards d’années enfouis sous nos pieds ?


Ces résultats sont le fruit d’un long programme international mené par des scientifiques du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), de l’Université Paris-Saclay et du Muséum national d’histoire naturelle avec le soutien de l’Institut polaire français. L’étude complète sera publiée dans la revue Earth & Planetary Science Letters le 15 avril prochain.