5 étapes pour commencer la permaculture chez soi

Méthode théorisée dans les années 70 par Bill Mollison et David Holmgren en Australie, la permaculture (permanent + culture) trouve ses premières origines dans un modèle développé par l’agriculture japonais Masanobu Fukuoka. La nature est au centre de la réflexion de ce modèle : des cultures diversifiées, adaptées les unes aux autres et qui grandissent en synergie. L’objectif étant de produire dans un environnement harmonieux et durable.

Dans les années 1980, la permaculture prend une identité plus générale et s’entend comme une approche systémique, une éthique de développement durable où l’activité humaine tient compte de la nature et de ses interconnexions. Vivre et se nourrir sans épuiser la terre et en veillant à soutenir un système complexe et diversifié.

Vous trouverez de nombreux guides sur la permaculture sur internet (par exemple, le manuel gratuit Buttes de cultures).

Voici 5 étapes pour comprendre et démarrer la permaculture chez vous, dans votre jardin ou sur votre terrasse !

Le sol et sa préparation

Il est important de savoir quel type de terre vous avez pour pouvoir la préparer correctement à la venue de vos plantes avec des fertilisants naturels si besoin est. Une terre foncée est souvent signe de bonne santé, plus elle est claire, plus il lui faudra de fertilisant. Si votre terre est argileuse (si elle forme facilement une boule quand vous la malaxer), c’est un bon point !

L’emplacement est important

Cela peut paraître logique mais les plantes aiment le soleil, il faudra donc choisir un endroit avec de l’ensoleillement et une bonne circulation du vent sans être trop agressé par les bourrasques. Attention, un endroit peut-être ensoleillé en été mais pas en hiver puisque le soleil est plus bas, analysez bien cela avant de choisir l’emplacement.

La flore diversifiée

2 images
5 étapes pour faire de la permaculture chez soi © Image by Sherry Galey - Getty Images

La diversité fait partie des bases de la permaculture, trouver les plantes qui fonctionnent bien ensemble et qui s’aident dans leur évolution. Vous trouverez des graines dans de nombreux magasins, privilégiez les bio. Pour la première année, vous pouvez choisir des plantes vivaces et résistantes comme des herbes aromatiques (thym ou romarin), la seconde année, ajoutez des plantes annuelles qui germent à l’automne et à l’été.

Insecticides et répulsifs naturels

Bien sur, on n’utilise pas de pesticides dans la permaculture mais vous pouvez quand même lutter contre les nuisibles de manières naturelles. Le savon de Marseille et le vinaigre blanc sont des insecticides naturels que vous pouvez utiliser. Vous trouverez de nombreuses recettes sur internet.

Une autre option est ce qu’on appelle le compagnonnage c’est-à-dire de mettre des plantes qui se protègent les unes les autres. Par exemple, du basilic près des tomates va renforcer le goût des tomates mais aussi éloigner les moustiques. Ou encore, des poireaux ou oignons près des carottes pour éloigner les mouches.

Les insectes sont les bienvenus

Les insectes ne sont pas tous nuisibles, loin de là. Par exemple, les abeilles sont très positives pour les plantes puisqu’elles permettent la pollinisation. D’autres insectes protégeront vos plantes des parasites donc n’hésitez pas à installer des petits tas de feuilles mortes près de votre potager/jardin ou d’installer un hôtel à insectes.