4 choses simples à faire sur son ordi pour aider la planète

Selon l’étude menée par GreenIT en 2019, il est établi que le numérique occupe une place majeure dans l’impact néfaste environnemental. Cette pollution mondiale trouve son origine tant lors du processus de fabrication mondial de nos 34 milliards de smartphones, ordinateurs, tablettes, consoles de jeux, téléviseurs que lors de notre consommation de ces technologies.

Aussi, les ressources naturelles utiles pour la construction de ces outils numériques ne peuvent se renouveler aussi rapidement que nous les consommons. Chaque année, "le jour du dépassement des ressources planétaires" en fait le triste constat. Ce jeudi 29 juillet très précisément, nous aurons épuisé les ressources biologiques disponibles pour 2021 !

A notre niveau, quels sont ces gestes simples, à portée de clic, que l’on peut faire pour réduire notre empreinte carbone, pour contribuer à la réduction de la pollution numérique ? Surfons au coeur de cet univers virtuel pour réduire notre impact environnemental néfaste pour la planète.

L’univers numérique en quelques chiffres

6 images
© Getty Images

Selon le rapport de l’étude sur l’empreinte environnementale du numérique en 2019, on fait le constat des chiffres suivants : 

  • l’univers numérique est constitué de 34 milliards d’équipements pour 4,1 milliards d’utilisateurs
  • les smartphones (3,5 milliards), les autres téléphones (3,8 milliards), les télévisions, écrans d’ordinateur, et vidéo-projecteurs (3,1 milliards) en plus des 19 milliards d’objets connectés parmi les plus répandus
  • 1,1 milliard de box DSL / fibre, 10 millions d’antennes relais (2G à 5G) et environ 200 millions d’autres équipements actifs
  • 67 millions de serveurs hébergés

Lire aussi : Smartphones, tablettes, ordis polluent plus que l’aviation. Que faire ?


Sur base de ces chiffres relayés par greenit.fr, nous mesurons toute l’urgence d’une consommation plus responsable et raisonnée du numérique.

Voici quatre gestes simples, à portée de clic, mais à fort impact sur notre empreinte environnementale que nous pouvons réaliser à notre échelle. 

1. Vider sa boite mail

6 images
© Getty Images

Un geste qui peut sembler anodin et qui pourtant à un impact considérable sur la planète, c’est celui qui consiste à vider sa boîte mail de tout le superflu.

Les spams, les newsletters s’entassent et sollicitent les serveurs pour leur stockage à toute fin inutile ! Au même titre, nos comptes e-mail obsolètes continuent à absorber quantité de données laissées pour compte mais qui sont cependant stockées et gérées par les serveurs.

Les envois de mails génèrent une grosse partie de cette pollution numérique puisqu’un seul mail crée 10 grammes de CO2 et 200 millions de mails s’envoient chaque minute à travers le monde.

On passe donc à l’action et au grand nettoyage en :

  • vidant et désactivant nos comptes obsolètes
  • nettoyant nos boîtes e-mail actives

Cleanfox fait table rase de l’inutile et définit notre empreinte carbone

La plateforme Cleanfox nous accompagne dans cette démarche de nettoyage du superflu. Selon cette application, il serait établi que : "à eux seuls les spams et newsletters représenteraient plus de 90% des flux de mails. Or, 90% des e-mails commerciaux ne seraient jamais lus !".

Après s’être désabonné des "inutiles", il est alors possible de voir nos nouvelles statistiques de pollution avec le volume de CO2 économisé et le nombre d’arbres que l’on aurait ainsi sauvés.

On a testé pour vous l’application Cleanfox, découvrez-la en un clic.

Il importe de préciser qu’en amont de cet éco-nettoyage, l’application sollicitera forcément l’accès à vos données. A vous de voir si vous y mettez une réserve ou si vous recourez à cette application pour réduire votre impact environnemental, pour contribuer à sauver la planète !

2. Archiver, compresser et télécharger ses données

6 images
© Getty Images

Comme le souligne Greenpeace lors de son questionnement sur la pollution numérique, le streaming vidéo représenterait à lui seul 60% des flux de données sur internet, autant dire un impact majeur environnemental.

Le pire du pire en matière de pollution serait, selon Bela Loto Hiffler, de regarder des vidéos depuis son portable, via la 4G et en haute définition !


Lire aussi : Avez-vous une idée de l’empreinte carbone qui se cache derrière un algorithme de "deep learning" ?


Si vous voulez devenir des héros du net écoresponsable, pensez à :

3. Utiliser un moteur de recherche écoresponsable

6 images
© Getty Images

Surfer solidaire, vert ou éthique, c’est la promesse que nous font des moteurs de recherche comme Ecosia, Lilo, Qwant ou encore DuckDuckGo. A chaque recherche effectuée, on contribue ainsi à une action positive environnementale.

Si ces moteurs de recherche proposent une compensation carbone, Bela Loto Hiffler, cofondatrice de l’association Point de M.I.R, nuance la démarche. Ainsi, penser que ces outils sont totalement "verts" est illusoire comme elle le précise car dès qu’il y a un "datacenter", il y a un impact environnemental.


Lire aussi : Des moteurs de recherche alternatifs restent dépendants des géants numériques


Recourir à ces moteurs de recherche écoresponsable est donc une façon d’entrevoir une compensation carbone.

Autres petits réflexes à intégrer pour éviter le recours abusif aux moteurs de recherche :

  • intégrez directement l’URL de la société, de l’organisme par vous-même si vous la maitrisez
  • mettez systématiquement en favoris vos sites préférés pour éviter le retour à la case départ des moteurs de recherche

4. Réparer, réemployer et donner

6 images
© Getty Images

La fabrication des outils technologiques est l’une des sources principales de pollution mondiale. Il va de soi que le meilleur geste à adopter pour éviter ce cycle infernal de consommation réside dans une autre approche écoresponsable.


Lire aussi : Surtout ne jetez rien : les bons plans pour recycler, donner et réparer


On veillera ainsi à :

  • réparer nos ordinateurs, nos tablettes et smartphones plutôt que de les jeter en recourant au concept des repair cafés
  • ne pas craquer pour le dernier modèle d’ordinateur ou autres outils toujours plus grands, plus alléchants, plus performants…
  • acheter en seconde main
  • offrir ou dénicher gratuitement un ordinateur via une gratiferia appelée aussi "donnerie"

Ces 4 gestes simples et efficaces que vous mettrez en pratique contribueront considérablement à préserver la planète en quelques clics. On vous laisse imaginer si les 4,1 milliards d’utilisateurs appliquaient ces quelques bonnes pratiques !