267 gigatonnes de glace fondent dans le monde tous les ans

267 gigatonnes de glace fondent dans le monde tous les ans.
267 gigatonnes de glace fondent dans le monde tous les ans. - © Ashley Cooper - Getty Images

Depuis 2000, les glaciers perdent chaque année en moyenne 267 milliards de tonnes de glace et cette fonte ne fait que s'accélérer, selon une toute nouvelle étude internationale qui s'appuie sur plusieurs centaines de milliers de photos satellites prises ces 20 dernières années.

Une équipe internationale impliquant notamment des scientifiques du CNRS, de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et de l'Université de Toulouse III - Paul Sabatier montre que pratiquement tous les glaciers du monde ont perdu de la masse depuis 2000.

Une étude exhaustive d'une précision inédite

Leurs résultats montrent que la perte de masse s'accélère. Leur masse aurait chuté de 267 milliards de tonnes (gigatonnes) en moyenne chaque année depuis 2000.

Les pertes globales se sont même accélérées ces dernières années, passant de 227 gigatonnes de glace perdues chaque année en moyenne entre 2000 et 2004 à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019.

Ces résultats sont le fruit de la première cartographie complète et précise des changements d'épaisseur, donc de masse, de l'ensemble des glaciers dans le monde. Il y en a près de 220.000 recensés.

Les scientifiques se sont appuyés sur plus de 500.000 images prises depuis 2000 par le satellite Terra montrant notamment l'évolution de ces glaciers. La précision de ces résultats atteint un niveau inégalé à ce jour.

Les résultats révèlent des spécificités régionales

Cette étude unique en son genre montre que les glaciers qui fondent actuellement le plus rapidement se trouvent dans les Alpes, en Islande et en Alaska.

En revanche, les taux de fonte ont ralenti entre 2010 et 2019 sur la côte est du Groenland ou encore en Scandinavie. Difficile d'expliquer cette décélération locale, sinon par une anomalie météorologique qui a provoqué des précipitations plus importantes et des températures plus basses que prévu.

En revanche, l'accélération globale des pertes de masse des glaciers est malheureusement le résultat de la hausse des températures.