24 planètes "superhabitables" découvertes, elles pourraient être plus adaptées à la vie que la Terre

Outspace orbital view on alien planets and moons
3 images
Outspace orbital view on alien planets and moons - © Lev Savitskiy - Getty Images

Si la Terre est pour l’instant la seule planète que nous connaissons à abriter la vie, elle n’est peut-être pas la plus adaptée malgré tout. Les 24 planètes "superhabitables" trouvées dans l’univers seraient, à certains égards, plus adaptées à la vie que notre belle planète bleue.

Après que Cheops a dévoilé une des planètes les plus extrêmes connues, c’est au tour des planètes habitables de faire parler d’elles.

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Astrobiology, certaines planètes seraient plus adaptées à accueillir la vie que la Terre actuellement. "Nous sommes tellement concentrés sur la recherche d’une planète miroir de la Terre que nous pourrions passer à côté d’une planète qui est encore plus adaptée à la vie", a déclaré Dirk Schulze-Makuch, auteur principal de l’étude et professeur d’astrobiologie et d’habitabilité planétaire à l’Université de l’État de Washington, dans un e-mail à CNN.

Qu’est-ce qu’une planète superhabitable ?

Schulze-Makuch identifie une planète superhabitable comme "toute planète qui a plus de biomasse et de biodiversité que notre Terre actuelle". De plus, la planète devrait être légèrement plus vieille, plus grosse, plus chaude et plus humide que la Terre, a-t-il expliqué.

D'après leur étude, une planète d'environ 1,5 fois la masse de la Terre serait capable de maintenir le noyau plus longtemps que celui de la Terre. La planète aurait également une gravité plus forte qui lui permettrait de conserver son atmosphère plus longtemps. Il faudrait aussi que la planète ait plus d'eau. Ainsi, une planète plus chaude et plus humide permettrait le développement d'une biodiversité plus grande. Une grande foret tropicale en quelque sorte.

Mais attention, une planète habitable aujourd’hui ne le sera peut-être pas demain et inversement.

"L’habitabilité de notre planète a également changé tout au long de notre histoire naturelle", a-t-il déclaré.

"Par exemple, la Terre à l’époque du Carbonifère avec tous les marécages et la forêt tropicale (qui produisaient la plupart de notre gaz et pétrole actuels) était probablement plus habitable – superhabitable selon notre définition – que la Terre actuellement."

Mais les facteurs ne s'arrêtent pas là, il en existe de nombreux autres qui influencent le fait qu'une planète soit mieux adaptée à la vie que la Terre.

Par exemple, le type d’étoile autour de laquelle orbiterait la planète. Selon les chercheurs, ce serait une étoile naine K qui serait la plus adaptée. En effet, ces étoiles ont une durée de vie plus longue que notre soleil, ce qui donnerait plus de temps à la vie pour se développer et s'épanouir. Sachant que les experts pensent qu'il faut cinq à huit milliards d'années pour qu’une vie comme la nôtre se développent ailleurs dans l’univers, il en faudra du temps !

Une étoile qui reste "en vie" jusqu’à 70 milliards d’années permettrait une évolution bien au-delà de la nôtre (si les civilisations ne s'auto-détruisent pas avant).

Enfin, la planète devra être rocheuse (et non gazeuse, logique) et en orbite autour de son étoile dans la "zone habitable" c’est-à-dire ni trop proche (au risque d’être trop chaude, comme Vénus), ni trop éloignée (au risque d’être trop froide, comme Mars). Il faut une température très précise pour permettre à l’eau liquide de rester stable à la surface de l’exoplanète.

24 exoplanètes potentiellement superhabitables

Schulze-Makuch et ses co-auteurs ont identifié, parmi les 4500 exoplanètes connues, 24 exoplanètes et candidats exoplanètes (des planètes qui n’ont pas encore été confirmées comme exoplanètes), toutes situées à plus de 100 années-lumière. Seules ces 24 peuvent prétendre à l’adjectif "superhabitable".

Mais attention, les chercheurs soulignent que cela n’a rien à voir avec une confirmation qu’il y a une vie extraterrestre sur ces planètes. Cela signifie seulement que ces planètes pourraient avoir des conditions propices à la vie : "Nous avertissons que si nous recherchons des planètes superhabitables, cela ne signifie pas qu’elles contiennent nécessairement de la vie (ou une vie complexe)", a déclaré Schulze-Makuch. Insistons également sur le conditionnel puisque les chercheurs n'ont pas accès à toutes les informations de chaque exoplanète.

"Une planète peut être habitable ou superhabitable mais inhabitée. Cela a à voir avec l’histoire naturelle de la planète. Il aurait pu y avoir une calamité (comme une explosion de Supernova à proximité)" empêchant ou détruisant toute vie sur place.

Mais maintenant que l’on sait qu’une bactérie (donc la vie) peut survivre à un voyage interplanétaire à travers le vide spatial, tous les espoirs sont permis pour la science.

Trouver une planète qui peut créer la vie

Même si en janvier, la Nasa a découvert une autre planète de la taille de la Terre dans une "zone habitable", aucune des planètes ne coche toutes les cases pour l’instant simplement parce que les scientifiques ne peuvent pas répondre d’ici à toutes les questions ni vérifier tous les critères.

L’une des exoplanètes observées, appelé KOI 5715.01, coche quatre des aspects souhaitables pour une planète superhabitable : situé dans la constellation du Cygne à environ 3000 années-lumière de la Terre, son étoile fait 77% du rayon de notre soleil et 76% de sa masse, avec seulement 34% de la luminosité de notre soleil. Et l’étoile a environ 5,5 milliards d’années, soit un milliard d’années de plus que notre soleil donc il a laissé plus de temps à la planète de développer la vie.

Malheureusement, pour évaluer réellement ces exoplanètes, il faudrait envoyer des sondes pour les étudier voir même faire atterrir des engins de mesures de données. Vu les distances, cela reste impossible pour l’instant, les scientifiques ne peuvent compter que sur les futurs télescopes spatiaux superpuissants qui pourraient aider à observer davantage les détails de ces planètes et, qui sait, peut-être y découvrir une preuve de vie extraterrestre ?