2019 était la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée

Selon des analyses de la NASA et de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), les températures à la surface de la Terre en 2019 étaient les deuxièmes les plus chaudes depuis le début de la tenue des registres modernes en 1880.

À l’échelle mondiale, les températures de 2019 n’étaient devancées que par celles de 2016 et continuent la tendance au réchauffement de la planète à long terme puisque les cinq dernières années ont été les plus chaudes des 140 dernières années !

"La décennie qui vient de se terminer est clairement la décennie la plus chaude jamais enregistrée", a déclaré sur le site de la Nasa le directeur de GISS, Gavin Schmidt. "Chaque décennie depuis les années 1960 a clairement été plus chaude que la précédente."

 

Plus d’un degré d’augmentation

Depuis les années 1880, la température moyenne de la surface mondiale a augmenté et la température moyenne est maintenant supérieure de plus d’un degré Celsius à celle de la fin du XIXe siècle. En utilisant des modèles climatiques et une analyse statistique des données de température mondiale, les scientifiques ont conclu que cette augmentation était principalement due à l’augmentation des émissions dans l’atmosphère de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre produits par les activités humaines.

La dynamique météorologique affecte souvent les températures régionales, de sorte que toutes les régions de la Terre n’ont pas connu un réchauffement similaire. La NOAA a constaté que la température moyenne annuelle de 2019 pour les 48 États américains contigus était la 34e plus chaude jamais enregistrée, ce qui lui confère une classification "plus chaude que la moyenne".

La région arctique s’est réchauffée un peu plus de trois fois plus vite que le reste du monde depuis 1970.

L’augmentation des températures dans l’atmosphère et l’océan contribue à la perte de masse continue du Groenland et de l’Antarctique et à l’augmentation de certains événements extrêmes, tels que les vagues de chaleur, les incendies de forêt, les précipitations intenses.

Les analyses de température de la NASA intègrent des mesures de la température de surface à partir de plus de 20.000 stations météorologiques, des observations à partir de navires et de bouées des températures de surface de la mer et des mesures de température à partir de stations de recherche antarctiques.