Vos données personnelles valent de l'or : êtes-vous prêt à les monétiser ?

L'idée est de créer une instance dédiée à la protection de la vie privée sur Internet afin de renforcer l'actuel California Consumer Privacy Act et de rendre moins opaque l'utilisation qui est faite des données personnelles.

Vendre ses données ou payer pour qu'elles ne soient pas utilisées...

Dès lors, les GAFA devront-ils payer pour pouvoir continuer à utiliser les données personnelles de leurs clients ? Le sujet est d'autant plus large qu'il concerne aussi bien le sexe, la race, la religion ou encore les orientations sexuelles d'un individu que de son identité et de ses coordonnées.

Il est donc fort possible que les données personnelles soient à l'avenir une valeur marchande pour les internautes. Ceux qui le souhaitent pourraient ainsi les vendre.

Mais d'un autre côté, certains services pourraient en profiter pour retourner le sujet et proposer de ne pas les exploiter moyennant finance : payer pour sa tranquillité, en somme.

C'est toute cette problématique qui va devoir être éclaircie et les débats promettent d'être passionnés, cette nouvelle loi ne devant pas prendre effet avant le 1er janvier 2023.

La monétisation des données est de toute manière déjà dans tous les esprits, dans le monde entier. En France par exemple, il existe une plateforme baptisée Tadata qui propose de rémunérer les données personnelles des 15-25 ans. Le principe consiste à remplir tout un tas de formulaires et de toucher une rétribution à chaque fois qu'un annonceur s'intéresse à son profil.