Une petite fille dénonce le sexisme dans l'univers de la mode

En cette Journée internationale de la fille, de leurs droits, plus exactement, il nous semblait évidement d'illustrer celle-ci en mettant en avant l'absurdité des clichés sur les petites filles véhiculés par l'industrie de la mode.

Durant une séance de shopping avec sa maman, Daisy, une petite anglaise de 8 ans, s'est offusquée en voyant les différents imprimés présents sur les pulls et t-shirts des filles et des garçons. Entre le "Hey", "Beautiful", "I'm fabulous" qui sont vides de sens et que ne veulent rien dire à part "regarde-moi comme je suis jolie, mais je n'ai rien à te dire" présent sur les vêtements des fillettes et les messages qui poussent les garçons à partir à l'aventure et à dépasser leurs limites, il y a une différence sémantique de taille. Les filles doivent juste être jolies et fabuleuses, et les garçons doivent être créatifs et aventureux... 

En 2016, voici des concepts quelques peu régressifs et venus d'un autre temps. Mais ce ne sont pas les seuls encore bien présents dans les cultures. Partout dans le monde, des millions de petites filles sont encore mariées de force à des adultes et sont de la sorte privées d'une éducation et d'une instruction élémentaires. C'est pour cela que l'ONU a proclamé en ce 11 octobre, la Journée internationale des droits des filles, afin que tout le monde connaisse la chose. Espérons que cela puisse éveiller petit-à-petit les consciences les plus obscures. Le thème de cette année : "Progrès vers les objectifs de développement durable". Le but étant de permettre à ce milliard de petites filles de s'émanciper grâce à des progrès et des investissements durables.