"Savez-vous planter chez nous ?", le Tinder du jardinage, séduit 35.000 personnes

Preuve de l'engouement pour le retour à la terre, le site revendique aujourd'hui 35.000 utilisateurs depuis sa création il y a 10 ans. Une nouvelle appli qui peut rejoindre les sites de rencontre un peu chelou qui changent de Tinder .

Le co-jardinage entre voisins, c'est tendance !

Après la co-balade d'animal de compagnie et le covoiturage, le co-jardinage entre voisins a le vent en poupe. Sur le site "Savez-vous planter chez nous ?", des amoureux des plantes peuvent "matcher" des propriétaires trop occupés pour s'occuper de leur parcelle de terrain.

Cette mise en relation par le biais de petites annonces fonctionne gratuitement pour les jardiniers et les propriétaires.

Pas besoin de grands espaces, l'appli fonctionne aussi pour les citadins. Un bon moyen pour les amoureux des plantes de se rencontrer, partager des astuces et même des fruits ou légumes récoltés.


Lire aussi : "Le jardin, c'est mon psy" : des permaculteurs en herbe font le bilan


Le site propose également l'échange de graines et la vente en ligne de produits écoresponsables, comme un kit pour créer "une composition cactée et succulentes", des confitures et "pâtés végétaux" ou des auges en argile cuite.

Enfin, pour trouver les bons semis et les bons outils près de chez soi, le site met à la une une sélection de professionnels, producteurs, refuges ou magasins d'outillage, les "choux-choux". Cet annuaire de pros est, lui, payant.

Apprendre et partager : le concept s'exporte

L'idée de ce site de co-jardinage a germé dans la tête de la Toulousaine Chantal Perdigau. Preuve de l'engouement pour le jardinage, le site revendique 35.000 utilisateurs, 7.000 annonces et presque 2.000 échanges concrétisés. Pour la créatrice, le site est un moyen de créer du lien.

Les échanges ont lieu dans toute la France et commencent à prendre racine en Belgique et au Luxembourg. Bientôt un réseau international des amoureux du semis ?

Plus d'infos sur le site "Savez-vous planter chez nous ?".