Pourquoi y a-t-il encore des cendriers dans les avions alors qu’il est interdit d’y fumer depuis 20 ans ?

Avez-vous déjà remarqué que le sigle interdit de fumer dans les toilettes des avions est placé sur un cendrier ?

L’interdiction de fumer dans les avions est mondiale depuis 2015, date du début des années 2000 pour la Belgique et la France mais carrément des années 1990 pour les USA. Alors pour ceux qui pensent (comme on y a d’ailleurs aussi pensé) que ce sont juste de vieux avions sur lesquels on a mis un sticker interdisant de fumer, ce n’est pas le cas.


Lire aussi : Il faut demander la permission avant de descendre son siège dans l’avion



Une vidéo sur TikTok d’une hôtesse de l’air qui explique justement ce mystère a fait le buzz. Sous le pseudo @flyingkaylee, Kaylee met souvent en ligne des vidéos révélant les secrets des coulisses de son travail.

@flyingkaylee

Let me know in the comments what your guess is! #flightattendant #aviation #boeing737 #airplane #avgeek

♬ Quirky - Oleg Kirilkov


On vous épargne le teasing de la vidéo et les questions-fausses réponses proposées pour vous donner l’information directement : c’est la loi.

Comme Forbes l’explique, suite au crash d’un avion de la compagnie Varig en 1973, les cendriers sont devenus obligatoires dans les avions. Une cigarette jetée dans la poubelle des toilettes avait pris feu et tué 123 personnes.


Lire aussi : Le mémo d’United Airlines à ses employés : on n’attache pas les passagers avec du scotch !


Certes, une autre loi interdit de fumer mais celle qui oblige la présence de cendrier dans les avions est plus ancienne et prévaut. Ils sont toujours obligatoires aujourd’hui, au cas où un petit malin ne pouvait pas s’empêcher de fumer et ne saurait quoi faire de ses cendres. Alors au lieu de les planquer sous son siège et de faire brûler l’avion, il aura le cendrier.

Cet élément est pris très au sérieux lors de l’inspection d’un avion avant le décollage. En 2009, un vol de British Airways au départ de Londres Heathrow avait été retardé parce qu’un des cendriers était défectueux et qu’il fallait trouver de quoi le remplacer, sans quoi l’avion ne décollerait pas.