Paris veut voir ses bouquinistes classés "patrimoine immatériel" à l'Unesco

Cette "plus grande librairie du monde à ciel ouvert", qui existe à Paris depuis le XVIe siècle, fait "partie intégrante du paysage parisien", ont plaidé les élus
Cette "plus grande librairie du monde à ciel ouvert", qui existe à Paris depuis le XVIe siècle, fait "partie intégrante du paysage parisien", ont plaidé les élus - © Ewa Walicka/Shutterstock.com

Paris veut voir ses bouquinistes classés à l'Unesco et s'est adressé au ministère de la Culture pour qu'il demande que leur activité soit inscrite au "patrimoine culturel immatériel" de l'organisation internationale.

 

Sur proposition des groupes de l'opposition municipale rejointe par l'exécutif parisien, le Conseil de Paris a voté un "voeu" s'adressant au ministère de la Culture, seul à même d'entamer ce genre de démarche.

Cette "plus grande librairie du monde à ciel ouvert", qui existe à Paris depuis le XVIe siècle, fait "partie intégrante du paysage parisien", ont plaidé les élus.

 

Une inscription à l'Unesco "serait de nature à mettre en valeur le savoir-faire et protéger l'activité" des quelque 200 bouquinistes qui exercent sur les berges de Seine, ajoutent les élus.

Les berges de Seine sont déjà inscrites au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco depuis 1991.