Le métro de Milan met en musique la distanciation sociale

Milan, capitale de la Lombardie, région italienne la plus touchée par le coronavirus, a commencé à préparer ses métros à la levée progressive du confinement à partir du 4 mai.
Milan, capitale de la Lombardie, région italienne la plus touchée par le coronavirus, a commencé à préparer ses métros à la levée progressive du confinement à partir du 4 mai. - © MIGUEL MEDINA/AFP

Milan, capitale de la Lombardie, région italienne la plus touchée par le coronavirus, a commencé à préparer ses métros à la levée progressive du confinement à partir du 4 mai, pour tenter d'y faire respecter les distances de sécurité.

Respecter cette distance d'un mètre sera un aspect crucial de la phase 2. "Milan veut redémarrer avec la prudence requise", a expliqué lundi le maire de la capitale lombarde, Giuseppe Sala. La ville doit "adapter essentiellement ses transports, qui représentent pour moi une grande préoccupation", a-t-il expliqué.

Masque obligatoire et limitation du nombre de passagers

A bord des wagons, où le port du masque sera obligatoire, des emplacements prédéfinis sont signalés par des autocollants rouges collés au sol sur lesquels sont dessinés en blanc une des empreintes de pieds, accompagnés d'une légende en italien ("Stai qui") et en anglais ("Stand here") : "Mettez-vous ici".

Nombre de places assises sont supprimées pour respecter la distance de sécurité, ce qui aboutit à diviser par deux, voire par quatre dans certains cas, le nombre de passagers transportés dans chaque rame.

L'Association regroupant les groupes de transports publics de la péninsule (Asstra) a averti que la limitation du nombre de passagers ne suffirait pas : il faudra aussi faire respecter les distances de sécurité sur les quais, notamment en installant des tourniquets pour limiter le nombre de personnes pouvant y accéder simultanément. Autre suggestion de l'Asstra pour éviter l'affluence aux heures de pointe : le développement du télétravail et les horaires décalés.