Le dermeste du lard, un insecte qui prête main forte aux musées

C’est un insecte vorace qui est très utile aux musées. Voici le dermeste du lard. Focus.

 

Glouton. C’est l’adjectif qui pourrait le mieux qualifier le dermeste du lard. Aussi appelé Dermestes lardarius, cet insecte et la plupart de ses cousins ont un très grand appétit pour la chair morte. Peau, muscles, yeux… Les dermestes sont très minutieux, consciencieux et n’oublient rien. Ainsi, une colonie peut dévorer toute une carcasse pour ne laisser que les os intacts.

 

Des nettoyeurs précis

La très grande précision des dermestes du lard en a fait des alliés de choix auprès des musées du monde entier. En effet, il est quasiment impossible de nettoyer manuellement des squelettes fragiles - tels que ceux des oiseaux et des rongeurs - sans les endommager.
Les petits nettoyeurs d’ossements offrent donc un travail méticuleux, ce qui permet d’économiser des centaines d’heures de travail. De plus, les dermestes du lard ne représentent aucun risque pour les humains puisqu’ils ne s’intéressent qu’à la chair morte.