L'eau mise en bouteille les nuits de pleine lune, une boisson énergétique et bénéfique ?

L'eau mise en bouteille les nuits de pleine lune, une boisson énergétique et bénéfique ?
L'eau mise en bouteille les nuits de pleine lune, une boisson énergétique et bénéfique ? - © ricardoreitmeyer - Getty Images/iStockphoto

La lune, objet de multiples légendes, serait une nouvelle source d'énergie pour l'homme. L'astre lunaire transmettrait d'abord cette force à une eau, la Forza Luna. Pour ce faire, sa mise en bouteille s’effectue exclusivement les nuits de pleine lune. "Elle a un pouvoir énergétique que d'autres n'ont pas. Je ne vais pas comparer ça à une grande marque de sodas énergétiques, mais c'est vrai que, quand vous consommez de la Forza Luna, vous avez un surplus d'énergie qui arrive et qui est bénéfique." nous assure Gisèle Darras, responsable à la Source du Val D'Aisne, à Erezée.

Ce supplément d'énergie ne serait pas apporté par la lumière de la pleine lune. L'eau puisée en sous-sol reste dans l'obscurité jusque son arrivée dans la bouteille. Il serait plutôt question d'attraction. "Le fait de la recueillir la nuit de la pleine lune, l'attraction lunaire multiplie l'action et le nombre de biophotons présents dans toute matière, dont l'eau." nous explique Gisèle Darras. Foutaise pour le physicien, Pasquale Nardone, professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il n'a pas l'air vraiment d'accord avec cette théorie. "L'attraction de la lune, qu'elle soit pleine ou pas pleine, est exactement la même puisqu'elle dépend essentiellement de la masse de la lune et pas du tout de "Comment elle est éclairée?" et "Comment nous la voyons?"" De plus, l'existence des biophotons ne serait pas reconnue scientifiquement non plus. "Il n'y a pas de biophotons, il y a des photons. Point! Et donc, c'est un discours qui sert à vendre un produit pour ceux qui croient, mais qui ne sont évidemment pas des scientifiques, qui croient à ce genre de discours." explique Pasquale Nardone.

Plus d'oxygène et moins d'azote

Pour ceux qui ne croient pas aux biophotons, cette eau aurait d'autres vertus intéressantes. "L'eau lunaire, on va l'appeler comme ça parce qu'on la recueille les nuits de pleine lune, chargée en biophotons, son taux d'oxygène augmente et son taux d'azote diminue, ce qui a un bienfait pour la santé démultiplié." argumente toujours Gisèle Darras. Plus d'oxygène et moins d'azote, serait-ce un véritable bienfait pour la santé? Nous avons posé la question à Serge Pieters, professeur en diététique à l'Institut Paul Lambin. "Il n'y a pas d'intérêt au niveau nutritionnel et au niveau de la recherche scientifique à vouloir avoir des eaux oxygénées. L'oxygène est un poison, est un poison tel quel quand il est pur et quand il va arriver dans l’intestin, il n'y aura rien pour l'empêcher éventuellement d'abimer vos intestins parce que cet oxygène va attaquer directement chaque cellule de votre intestin et c'est quand-même assez agressif." Et une eau avec moins d'azote, ce serait mieux? "Qu'elle soit plus azotée ou moins azotée, ce n'est pas spécialement un gage de qualité ou une plus-value à trouver à l'eau." poursuit Serge Pieters. Laissons de côté les avis des scientifiques. Vérifions par nous même. Et si cette eau mise en bouteille les nuits de pleine lune était, contre toute attente, véritablement différente...

Analyse comparative en laboratoire

Ce serait tout de même incroyable, que cette eau embouteillée les nuits de pleine lune soit différente, qu'elle contredise les explications des scientifiques. Pour le savoir, notre premier test se fera en laboratoire. Nous allons faire analyser deux eaux, d'un côté, celle mise en bouteille une nuit de pleine lune et de l'autre, la même, issue de la même source, mais tirée à un autre moment, en journée. "A partir du moment où l'eau émane de la même origine, si elle est embouteillée de la même manière, même à des temps différents, et bien j'ai le sentiment que les teneurs en oxygène et en azote vont rester constantes." avance Pol Bouviez, chef d'un laboratoire de Hainaut Vigilance Sanitaire, où nous faisons analyser les deux eaux. Nous aurions voulu également analyser les biophotons mais, nous n'avons trouvé aucun laboratoire mesurant ce type d'éléments. "Je ne savais même pas qu'il y en aurait dans les eaux et d'autre part, il s'agit d'une science assez particulière qui n'est certainement pas partagée par les scientifiques."poursuit Pol Bouviez. Pourtant, une analyse confirmerait leur présence en plus grand nombre dans l'eau lunaire, comme nous l'assure Gisèle Darras : "Nous avons testé l'eau lunaire en laboratoire et nous avons pu constaté que les biophotons présents dans notre eau lunaire étaient multipliés par un million par rapport à une eau classique que l'on recueille tous les jours, ici, à l'usine du Val d'Aisne." Nous avons demandé à voir les résultats d'analyses qui révèleraient ces biophotons. Nous les attendons toujours...

Un radiesthésiste pour déceler les énergies émises par l'eau

Christian Dieudonné, un radiesthésiste a accepté de reconnaître à l'aveugle les deux eaux. Nous lui apportons huit pots. Quatre sont remplis de l'eau embouteillée une nuit de pleine lune et quatre autre, de l'eau mise en bouteille à un autre moment. Ce radiesthésiste va-t-il pouvoir distinguer une différence d'énergie et retrouver les pots remplis d'eau lunaire? Après avoir fait balancer son pendule et touché les couvercles des différents pots, il les trie. Au bout de trente secondes, il nous dit : "Ben voilà! Pour moi, les voilà triés." Ce radiesthésiste reconnaitrait même l'eau lunaire et lui trouverait une meilleure qualité, toujours grâce à son pendule. "Donc, votre eau qui a été mise en bouteille le jour de pleine lune ou la nuit de pleine lune, elle doit être meilleure." affirme avec un certain aplomb Christian Dieudonné. Après vérifications des résultats, le verdict est décevant. Un pot sur deux a été mal classé. Autant dire qu'un tirage au sort aurait été tout aussi concluant. Soit ce radiesthésiste ne ressent rien ou il n'y a rien à ressentir comme différence d'énergie entre les deux eaux.

Le test du goût

Roland Vanden Abbeele est sommelier d'eau. Toujours à l'aveugle, va-t-il reconnaitre une différence entre l'eau embouteillée une nuit de pleine lune et la même eau mise en bouteille à un autre moment? Après avoir reniflé les deux verres, chacun rempli d'une des deux eaux à comparer, il conclut : "Je ne sens pas une certaine différence..." Après l'odorat, il boit et se prononce sur le goût. "Il n'y a pas une très grande différence, mais le deuxième, il a un peu plus de vivacité." L'eau lunaire serait plus vivace. Cette caractéristique ne colle pas trop à celle avancée par Gisèle Darras : "Elle est beaucoup plus suave, beaucoup plus douce, c'est une eau qui pénètre directement l'organisme." Si, en effet, il y a des différences de goûts. D'autres causes que la lune les expliqueraient : comme le remplissage ou encore les conditions de stockage.

La véritable attraction lunaire

Revenons aux analyses de laboratoire. Plus d'oxygène et moins d 'azote, ces caractéristiques, au moins ces deux-là, vont-elles se vérifier? Et bien, après analyse des résultats... non! Des microgrammes d'oxygène en plus dans l'eau lunaire, mais pas d'azote en moins, comme prétendu. Ces différences nous dit-on, par ailleurs, sont insignifiantes. Finalement, la seule différence reconnue, elle se trouve au niveau du marketing. La bouteille d'eau lunaire séduit plus. Incontestablement puisque des consommateurs acceptent de la payer au moins dix fois plus chère. Sur la clientèle donc, la lune confirme bien son pouvoir d'attraction légendaire.

 

Article original paru sur On n'est pas des Pigeons!