Gretchka, préservatifs… 5 achats des Russes face au Covid-19

Avec les parcs, restaurants et musées fermés, les Russes auront plus de temps à consacrer à leurs proches.
4 images
Avec les parcs, restaurants et musées fermés, les Russes auront plus de temps à consacrer à leurs proches. - © Alexander NEMENOV / AFP

Les Russes font le plein de produits face à la pandémie du nouveau coronavirus, forts de leur expérience des séismes socio-économiques et des pénuries. Voici cinq de leurs achats favoris.

Passion gretchka

Symbole de la vie quotidienne des Russes et baromètre de leurs peurs économique, la gretchka est la plus versatile de tous les types de "kacha", ces bouillies de céréales typiquement russes.

Ce gruau de sarrasin est aux Russes ce que les pâtes sont aux Italiens : omniprésent, familier et à longue conservation.

De fait, les Russes se sont rués sur la gretchka la semaine dernière avec les premières mesures prises par la ville de Moscou pour freiner la propagation du virus. Le site de e-commerce Ozon a enregistré une hausse de 2 à 2,5 fois des ventes de cette céréale, la période de carême aidant également.

Si l’on se résigne à Moscou à l’augmentation des prix de la viande, l’inflation de la gretchka peut provoquer des sueurs froides.

La Russie, super-puissance agricole, ne devrait pas en manquer, mais son prix a tout de même augmenté de 2,8% la semaine dernière.

Faites l’amour

Avec les parcs, restaurants et musées fermés, les Russes auront plus de temps à consacrer à leurs proches.

Les ventes de produits "pour adultes" ont bondi de 300% au mois de mars sur Ozon, l'"Amazon russe".

Uniquement du 14 au 17 mars (semaine des premiers appels à rester chez soi) les ventes de préservatifs et de lubrifiants se sont envolées de respectivement 147% et 124% sur ce même site. Même chose pour la lingerie et les tenues érotiques, notamment celui… d’infirmière dont les ventes ont été multipliées par 2,5.

Alerte au rouble

Les produits électroniques ont vu leurs ventes s’envoler, notamment à cause du rouble, qui a perdu environ 20% de sa valeur face au dollar depuis le début de l’année.

Cette chute devrait provoquer une importante inflation dans les prochains mois, notamment sur les produits importés.

C’est le moment d’acheter téléphones portables, ordinateurs et écrans plats à tour de bras, avant qu’ils ne deviennent inaccessibles ou que le rouble ne s’affaisse davantage. Ces achats sont également motivés par le besoin de se constituer un bureau à domicile pour travailler à distance.

Parmi les insolites dont les achats ont augmenté en prévision de l’inflation, l’opérateur de données fiscales Platform OFD note également les battes de baseball (+30%).

Garde-manger

Si l’hiver certains vivres peuvent être stockés au frais sur les vérandas, omniprésentes dans les immeubles soviétiques à cinq étages, ce mois de mars particulièrement chaud en Russie exige un frigo et un congélateur.

Pour stocker les quantités accrues d’aliments périssables, les ventes de ces appareils ont été multipliées par deux sur le site Ozon.

Vade retro, virus !

La gousse d’ail s’est également retrouvée sous les feux des projecteurs. Face à l’afflux d’achats (+30% en mars sur Ozon) son prix a augmenté de 11% en février, selon l’agence statistique Rosstat.

"Buvez de l’eau au citron et au miel […] Mangez de l’ail. Vous aurez le sang pur", conseillait il y a deux semaines Ramzan Kadyrov, le leader autoritaire de la Tchétchénie, minimisant les risques du Covid-19.

Les rumeurs sur les vertus de l’ail contre le nouveau coronavirus ont dû être démenties par l’Organisation mondiale de la Santé : "l’ail est un aliment sain qui peut avoir des propriétés antimicrobiennes. Mais il n’y a pas aucune preuve […] que manger de l’ail aide à protéger les gens du Covid-19".