Est-ce la dernière édition d'Esperanzah à l'Abbaye de Floreffe ?

Est-ce la dernière édition d’Esperanzah à l’Abbaye de Floreffe ?
Est-ce la dernière édition d’Esperanzah à l’Abbaye de Floreffe ? - © Mara De Sario

Ces dernières semaines, des rumeurs courent sur les réseaux sociaux disant que cette année pourrait être la dernière à se passer à l’Abbaye de Floreffe. Esperanzah répond aux rumeurs.

Jean-Yves Laffineur, directeur du festival, l’annonce sans détour : " Oui, il est possible que ça soit la dernière édition du festival Esperanzah ! à l’Abbaye de Floreffe. Mais possible ne veut pas dire certain. L’Abbaye de Floreffe est, et restera quoiqu’il arrive notre priorité ".

 

Sécurité et rénovation

L’Abbaye, fleuron du patrimoine wallon, accueille depuis 17 ans le festival et est un acteur à part entière de son ambiance et de sa réussite. Cadre enchanteur contre seconde jeunesse et visibilité, c’était un deal parfait ! Problème : ce lieu exceptionnel, plusieurs fois centenaire et par ailleurs classé, peut parfois aussi être un frein pour l’organisation d’un tel événement.

Chaque année en effet, des travaux de rénovation y sont apportés et les contraintes et exigences de sécurité allant grandissant, certaines zones doivent être limitées voire, comme ce sera le cas pour la zone derrière l’église pour l’édition 2019, complètement fermées au public.

Priorité des priorités, la sécurité sur le site comme l’explique le régisseur d’Esperanzah, Arnaud De Brye : " Nous connaissons chaque recoin de l’Abbaye comme notre poche. Nous connaissons aussi les déplacements de nos publics par cœur. Nos équipes sont formées sur la sécurité, les évacuations, le suivi médical… On a acquis une expertise unique sur le site grâce aux 17 éditions sans faille déjà réalisées. Mais on ne se repose pas sur nos lauriers pour autant. Nous continuons à travailler main dans la main avec la police, les pompiers et la Commune dans un climat de confiance afin de faire en sorte que la fête soit belle et toujours plus safe ".

 

Quid de l’avenir ?

Une fois l’édition 2019 passée, après analyse, concertation avec nos équipes et les autorités, et en fonction des futures rénovations sur le site, " nous envisagerons toutes les pistes de solutions, y compris éventuellement celle de quitter l’Abbaye si les conditions optimales d’accueil ne sont plus rencontrées " précise Jean-Yves Laffineur.